Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Un mauvais débat

07/09/2010
Le débat sur les retraites en France s'ouvre aujourd'hui dans les pires conditions.
D'abord parce que le ministre « en charge » comme l'appellent officiellement ses supérieurs sans même oser prononcer son nom, ne sera évidemment pas maintenu dans ses fonctions après le mois d'octobre et sera en revanche traduit par le procureur général près la Cour de Cassation devant la commission d'instruction de la Cour de Justice de la République aux motifs de trafic d'influence dans l'obtention de distinctions publiques, de trafic d'influence relatif à l'emploi de son épouse, pour avoir également reçu des fonds privés très importants en liquide, et enfin pour avoir fait lors de l'enquête des déclarations manifestement erronées.
Ensuite et surtout parce que les paramètres dont nous discutons tant de manière symbolique de part et d'autre ne sont pas nécessairement les plus importants. Ainsi, est-il plus important de savoir à quel âge on bénéficie d'une retraite à taux plein que de savoir quel est l'âge légal de la retraite. En effet, compte tenu de l'allongement de la durée de cotisation, et aussi du chômage des plus de cinquante ans assez peu de gens peuvent prétendre à une retraite à taux plein à soixante ans ou même à soixante deux ans.
En revanche, il est essentiel de savoir à quel âge on bénéficie, même avec une durée de cotisation insuffisante d'une retraite sans décote.
C'est actuellement à soixante-cinq ans et le gouvernement veut placer la barre à soixante-sept ans.
Enfin parce que l'essentiel du débat notamment sur la pénibilité n'aura peut-être pas lieu au sein du Parlement mais dans les branches professionnelles.
Les grandes confédérations syndicales comme le gouvernement et le MEDEF connaissent très bien tout cela et il n'est pas indifférent de noter que les uns et les autres se sont accordés sur le diagnostic dans le cadre du Conseil d'Orientation des Retraites.
Pour autant, la journée de manifestations publiques d'aujourd'hui est indispensable pour faire comprendre aux uns et aux autres que le peuple des salariés a le droit de s'exprimer, que depuis vingt ans les fruits de la croissance sont allés essentiellement au capital et de manière beaucoup plus réduite au travail de telle sorte qu'il vaut beaucoup mieux aujourd'hui posséder en France des valeurs mobilières ou, plus généralement du patrimoine, que d'offrir à la société son labeur et ses talents.
Ainsi, apparaît-il clairement que le vrai débat n'oppose pas les tenants de l'efficacité économique et les partisans de la solidarité, tandis qu'il faudra bien que l'on reconnaisse dans les cercles du pouvoir comme dans ceux du patronat que le seul moyen de rendre l'économie plus efficace est de mieux partager les fruits de la croissance et que la crise a pour origine l'inégalité croissante de la répartition des revenus aux Etats-Unis et en Occident en général.

Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 07/09/2010
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives