Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   
Occupy the SEC (l'autorité des marchés financiers américaine) : d'anciens salariés de Wall Street défendent la Volcker rule
Occupy the SEC (l'autorité des marchés financiers américaine) : d'anciens salariés de Wall Street défendent la Volcker rule
La taxe sur les transactions financières proposée par la gauche et la droite ne trouble en aucune façon les banques. Elles savent qu’elle sera homéopathique et, qu’en tout état de cause, elles pourront facilement y échapper.
En revanche, les banques américaines mènent une lutte sans répit contre la « Volcker rule », une disposition législative inspirée par Paul Volcker et qui leur interdit toute opération financière pour leur propre compte : elles ne pourront plus désormais agir que dans l’intérêt du client et avec son aval, ce qui revient à interdire l’essentiel de leur activité spéculative. La Fed vient d’accorder un report de l’application de cette mesure au 21 juillet 2014.
D’ici là, la Fed et le monde bancaire américain espèrent sans doute que la loi sera abrogée. Ainsi, a-t-on prolongé dans la plus grande discrétion, le droit pour les banques américaines de spéculer librement, y compris lorsque ces spéculations vont à l’encontre des intérêts de leurs clients. François Hollande s’est engagé en faveur de l’introduction en France d’une mesure d’interdiction des opérations pour compte propre des banques (l’équivalent de la « Volcker rule »). C’est l’une des mesures les plus importantes de son programme, et l’une de celle dont on parle le moins ; Mais il faudra l’imposer aux banques françaises ainsi qu’aux autorités européennes et à nos partenaires. Les allemands s’y opposeront évidemment avec la dernière énergie. Quand on voit la situation tragique de certaines banques allemandes (la fameuse « Hypo Real Estate » coûte cent milliards d’euros au Trésor public allemand…), conséquence de leurs folies spéculatives, on devrait pourtant s’attendre à un soutien enthousiaste de Madame Merkel.
Quoi qu’il en soit, ce sera l’un des enjeux essentiels du début du quinquennat : le nouveau président français devra réussir à infléchir le cours des choses pour que le monde de la finance accepte enfin de tirer les conséquences d’une crise entièrement imputable aux excès de la spéculation.

Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 25/04/2012
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives