Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Triste fin

22/09/2009
Entre ignominie et pitrerie, la fin de M. Galouzeau manque singulièrement d'allure.
Passons sur la pitoyable déclaration, grandiloquente, contradictoire et venimeuse, composée d'allusions historiques parfaitement inappropriées et de prédictions ambivalentes.
« Je suis ici par la volonté d'un homme... » est une dérisoire et grotesque paraphrase du célèbre « Nous sommes ici par la volonté du peuple... ».
« J'en sortirai libre et blanchi...au nom du peuple français... » clôture une intervention larmoyante tandis qu'il est incontestable que M. Galouzeau en sortira « blanchi » mais seulement dans le sens où il aura toujours des cheveux blancs, tandis qu'il est vraisemblable effectivement qu'il restera libre, c'est-à-dire qu'il ne sera pas condamné à de la prison ferme, ce qui n'exclut pas qu'il soit déclaré inéligible. Ce n'est d'ailleurs pas trop grave pour quelqu'un qui, à 56 ans, ne s'est jamais présenté à la moindre élection.
Et quelle contradiction de prétendre à l'entrée, devant les caméras, que le débat judiciaire se réduit à deux parties, lui-même et Nicolas Sarkozy, et de tenter, dès le début de l'audience, par une manoeuvre procédurale absurde de rendre irrecevable la constitution de partie civile de celui qu'il désigne comme son seul adversaire dans cette affaire !
J'espère, quant à moi, une issue claire de ce procès qui se réduit d'ailleurs, pour l'essentiel, au fait qu'il paraît établi que M. Imad Lahoud était en liaison constante avec M. Gergorin, lequel rencontrait non moins fréquemment M. Galouzeau. Quant à la motivation, elle transparait tellement dans tout ce qui a été publié sur l'ambition de M. de Villepin d'être élu président de la République qu'il n'est pas surprenant qu'il ait pu imaginer une machination pour l'aider dans cette entreprise.
En réalité, les trois points à éclaircir sont les suivants :
- Comment est-il possible qu'un Premier ministre, ancien élève de l'ENA et diplomate de carrière soit assez incompétent pour imaginer qu'une fable aussi invraisemblable et aussi grossière puisse être gobée non seulement par la presse et par l'opinion publique mais même par des magistrats instructeurs spécialisés ?
- Jacques Chirac a-t-il joué un rôle dans cette affaire ?
- Quel est le rôle exact et la motivation du Général Rondot dont personne ne pourra jamais me convaincre qu'il aurait par négligence laissé trainer des notes compromettantes dans une boîte en carton planquée dans un cagibi de son domicile ou qu'il aurait pu craquer après deux heures de garde à vue ?

Quoi qu'il en soit, il est temps que cette affaire se termine très vite et que la République soit rapidement et définitivement débarrassée de telles méthodes.




Commentaires (2) | Rédigé par Paul Giacobbi le 22/09/2009
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives