Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Titanic

30/03/2009

Depuis le début de la crise, la Réserve fédérale américaine a injecté dans l'économie par de la création monétaire sans contrepartie, de l'ordre de deux mille milliards de dollars, tandis que, l'Etat américain a augmenté ses dépenses à peu près du même ordre, de telle sorte que, d'une manière ou d'une autre, les Etats-Unis ont dépensé 4 000 milliards de dollars, soit près de 30% de leur PIB pour sauver leur système financier d'une part et le refinancer d'autre part.

Mais comme il arrive souvent lorsque le capitaine du navire affecté par une voie d'eau importante se contente de faire pomper les cales plutôt que de tenter de colmater la brèche, les efforts pourtant gigantesques qui ont été consentis semblent jusqu'à présent n'avoir eu aucun effet.

Le navire économique semble s'enfoncer lentement tandis que les Etats-Unis continuent à faire financer par le reste du monde les opérations de pompage !

Les chinois rejettent en bloc le privilège du dollar et appellent à la création d'une unité de réserve internationale, qui n'est rien d'autre que la résurgence du Bancor proposé par Keynes en 1946 et qui n'a connu qu'une très modeste concrétisation avec les droits de tirage spéciaux du FMI institués en 1969, développés lors de la conférence de Kingston en 1976.

Les européens quant à eux parlent de réglementer la navigation financière afin de prévenir les risques de nouveau naufrage.

Pour poursuivre notre comparaison, si le navire de l'économie mondiale est dans la situation du Titanic qui vient de rencontrer un iceberg, on peut résumer ainsi les réactions des grands partenaires du G20 :

  • les américains obligent leurs partenaires chinois, arabes et européens à procéder au pompage des cales inondées à leurs frais

  • les européens proposent une nouvelle réglementation complexe de la navigation dans les zones menacées par les icebergs

  • les chinois proposent de bâtir un nouveau navire avec une coque blindée pouvant résister aux chocs avec tous les icebergs !

Mais personne ne propose de colmater la brèche, de rentrer au port à petite vitesse, de faire se cotiser tous les partenaires afin de changer la coque du navire et de la rendre plus solide et de mettre en oeuvre, une fois le sauvetage réalisé et le nouveau navire à flot, un plan de prévention de la divagation des icebergs.

Ainsi le G20 va-t-il proposer d'excellentes solutions pour prévenir de nouveaux drames de la navigation financière internationale et va-t-il débattre de conceptions totalement nouvelles pour cette navigation, reprenant d'ailleurs des propositions d'ailleurs très anciennes mais largement oubliées. Mais pendant ce temps-là le navire va continuer à couler, la quantité d'eau pénétrant par la brèche restant nettement supérieure à celle que nous sommes capables de pomper.

Il ne nous reste plus qu'à faire comme le capitaine et les hommes du Titanic : chanter en choeur pour nous donner du courage tandis que nous sombrons dans la mer glacée de la récession !



Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 30/03/2009
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives