Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   
« Timeo danaos et dona ferentes »
« Je crains les Grecs même lorsqu'ils sont porteurs de cadeaux »
Cette maxime latine est une traduction de l'Iliade et aurait dû être méditée par les ministres qui acceptent trop facilement les cadeaux.
Un homme public doit non seulement résister à la tentation mais être attentif aux petits détails. Je paye toujours scrupuleusement tous les frais entraînés par mes vacances, je ne reçois pas de cadeaux disproportionnés au-delà de ce qui est admis fiscalement et je veille simplement à acquitter les factures qui me parviennent pour des dépenses personnelles et à réclamer celles qu'on aurait oublié de me faire parvenir.
Je règle l'ensemble de mes dépenses par chèques ou carte de crédit, même à l'étranger, à l'exception des toutes petites dépenses d'un montant inférieur à cinquante euros.
On ne m'a jamais proposé de monter dans un jet, sauf quand celui-ci appartenait à la République française et lorsqu'il s'agissait d'un déplacement professionnel.
Ces règles sont simples mais demandent pour être appliquées une certaine vigilance.
Faute de cette vigilance, on peut se trouver pris au piège et obligé d'avouer piteusement que l'on a été hébergé ou transporté aux frais de riches « amis » ou de gouvernements étrangers, ce qui conduirait dans la plupart des pays du monde à une démission ou une révocation.
C'est d'autant plus regrettable que François Fillon et Michèle Alliot-Marie ont une réputation que je crois justifiée d'intégrité et d'honnêteté. Mais leur vigilance a été prise en défaut, ils n'ont pas su anticiper la réaction populaire, de plus en plus sensible à ce genre de choses.
Je ne suis pas certain que le président François Mitterrand ait réglé beaucoup de factures d'hôtel lors de ses séjours à Assouan et nous savons tous que beaucoup d'hommes et de femmes politiques français ont longtemps apprécié les séjours à l'hôtel Mamounia de Marrakech d'autant plus qu'ils ne leur coûtaient pas bien cher et que le voyage était parfois accompli dans le jet mis grâcieusement à leur disposition par exemple par M. Azoulay, un des hommes de confiance du roi du Maroc.
Je peux témoigner qu'un homme public a tout de même les moyens de voyager en vacances en payant de sa poche même s'il ne peut évidemment financer sur ses deniers des déplacements en jet privé. Mais je peux aussi dire que l'on voyage très bien dans les avions de ligne, même en classe économique. C'est une question d'habitude. Nous devons tous nous efforcer de vivre normalement même si çà n'est pas si facile en pratique pour un ministre important ou pour le Premier ministre.
Tout cela donne une image détestable et sans doute plutôt injuste de nos gouvernants. On pensait que des précédents fâcheux avaient servi de leçon, ces derniers évènements seront, nous l'espérons, suffisants pour faire comprendre à nos gouvernants la maxime précitée...

Commentaires (20) | Rédigé par Paul Giacobbi le 09/02/2011
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives