Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   
La solidarité gouvernementale est un grand principe républicain qui existe dans toutes les démocraties parlementaires.
 
Nicolas Sarkozy vient d’en donner hier soir un exemple touchant. Il a en effet attendu la veille de la grande manifestation contre le CPE pour affirmer qu’il fallait suspendre celui-ci.
 
Rarement au cours du dernier siècle, on aura vu un tel exemple de manquement à la solidarité gouvernementale.
 
Il y avait eu pire en 1946 avec les ministres communistes que Paul Ramadier a fait démissionner de son gouvernement.
 
Ceci étant, qu’un ministre en exercice qui ne cesse de nous rabâcher le thème de la rupture avec le système social français veuille suspendre le CPE qui a été voté par le Parlement et qui est une loi de la République paraît d’autant plus extravagant que le véritable inspirateur du CPE n’est autre que Nicolas Sarkozy, fanatique reconnu d’une société libérale où la souplesse serait devenue le principe fondamental.
 
Mais au fait, comment fait-on pour suspendre une loi ? Contrairement à ce que pense Nicolas Sarkozy, on ne suspend pas une loi, avec un bout de ficelle et un clou mais tout simplement en votant une autre loi qui abroge la première.
 
Mais sans doute dans la société libérale et souple de « la France d’après », on aura plus besoin de s’encombrer de toutes ces complications parlementaires et on en reviendra au bon principe d’autrefois « si veut le Roi, si veut la loi ».

Commentaires (2) | Rédigé par Paul Giacobbi le 28/03/2006
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives