Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Rue Quincampoix

15/10/2008

Les français ont la mémoire courte lorsqu'ils accusent les anglo-saxons et plus particulièrement les américains d'avoir inventé les bulles spéculatives, les krach des places financières et les montages financiers opaques.

Or ce n'est pas à Wall Street que l'on inventé et mis au point tout cela mais plus prosaïquement rue Quincampoix à Paris sous la Régence.

Il est vrai que le promoteur de cette bulle était un écossais du nom de John LAW mais la carambouille toute entière s'est faite à la bonne franquette, avec le total accord et les encouragements de Philippe d'Orléans, régent de France, et de sa cour.

En gros la banque de Law crée en 1716, devenue banque royale en 1718 émettait des titres représentatifs des richesses supposées de la Louisiane, et de celles plus réelles de la ferme du tabac ou des impôts indirects. Elle devait en 1719 bénéficier du monopole d'émission de la monnaie en France .

Puis le système s'est emballé, la banque servant de plus en plus à fournir de l'argent à l'État moyennant des émissions successives de capital.

En 1720 la faillite arrive, les grands du royaume viennent retirer leurs fonds de la banque, l'épargnant crédule est ruiné et l'État s'en tire plutôt bien.

Ainsi la rue Quincampoix qui sonne bien français, dans le quartier de Châtelet-les-Halles a t-elle été bien avant Wall Street et à une époque où Manhattan n'était encore qu'un comptoir commercial britannique, le siège de l'éclatement de la première, mais d'une des plus grosses bulles financières de l'histoire contemporaine.

Tout le monde a perdu dans cette sinistre affaire, sauf un certain bossu qui prêtait sa bosse pour que les spéculateurs s'en servent comme d'une table pour y signer leurs transactions.

Non content d'avoir gagné des sous, ou plutôt pas mal de louis d'or, le bossu en question a inspiré le romancier Paul FEVAL, mais cela c'est une autre histoire !

Du bossu à Lagardère il n'y a qu'un pas, espérons que Lagarde ne nous entraînera pas dans un désastre du genre de celui de la rue Quincampoix !





Commentaires (3) | Rédigé par Paul Giacobbi le 15/10/2008
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives