Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Risque systémique

04/05/2009

Quand tout va mal, on aime bien se remémorer des traits d'humour vraiment désopilants.

Ainsi, en septembre 2008, Madame Lagarde proférait cette affirmation qui est à mourir de rire si ce n'est à pleurer de chagrin : « le gros risque systémique est désormais derrière nous ».

Un récent document de l'organisme de régulation allemand pour les banques estimait à plus de 1000 milliards d'euros les dépréciations d'actifs restant à faire pour les banques allemandes.

La France, grande spécialiste des lignes Maginot et des immunités tchernobyliennes, n'est guère épargnée non plus et, du propre aveu de son nouveau président, Natixis devrait déprécier ses actifs illiquides pour une valeur d'environ 50 milliards d'euros.

La vérité, c'est que l'Europe et les Etats-Unis sont en train de se lancer dans un scénario à la japonaise selon lequel, à force de ne pas regarder en face l'ampleur du désastre, on se condamne à subir, à tout le moins, une bonne décennie de crise économique.

Le vrai risque systémique est, en réalité, devant nous, le miracle du dollar qui se maintient malgré la crise est assimilable à la situation de celui qui est tombé du quarantième étage et qui constate, parvenu dans sa chute au quinzième étage, que jusque-là tout va bien.

Pire encore, les choses en sont à un point tel que nos politiques de relance et de liquidités vont fatalement entrainer un frémissement de reprise qui lui-même provoquera inévitablement l'éclatement de la bulle financière publique.

Tout ce que j'ai pu dire sur le sujet et que je répète inlassablement depuis deux ans dans ce blog, à la tribune de l'Assemblée nationale, dans les papiers que j'écris pour le groupe de travail parlementaire sur la crise et jusqu'à l'Elysée où j'ai pu expliciter mon point de vue au président de la République lorsqu'il a reçu ce groupe de travail, pouvait apparaître jusqu'à ces dernières semaines comme une opinion très minoritaire.

Je constate aujourd'hui que cela devient progressivement un consensus.

Je lis, par exemple, ce jour dans le Financial Times sous la signature de M. Wolfgang Münchau : « I see nothing in our situation or our response to persuade me that it will take less than a decade to get out of this ».

C'est dire ce que je répète depuis bientôt deux ans, à savoir que la crise durera à peu près une décennie car je suis un incurable optimiste !


Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 04/05/2009
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives