Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Refroidissement

19/12/2012
Refroidissement
« Tout le monde devenait, çà se comprend bien, à force d’attendre que le thermomètre baisse, de plus en plus vache ». Louis-Ferdinand Céline évoquait dans Voyage au bout de la nuit l’effet de la température sur le comportement humain.
Les zélateurs du réchauffement climatique deviennent quant à eux de plus en plus nerveux à mesure que la science non médiatique et l’observation objective relativisent leurs prévisions.
En 2011, il a été mis en évidence des manipulations d’observations et de communications scientifiques par l’IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change).
Le scandale a été public mais amorti dans les tam-tam médiatiques… L’évolution scientifique actuelle conduit à indiquer que, d’ici 2100, nous risquons une élévation de température de l’ordre de 1,6 à 1,7 degré. Un article de ce jour du Wall Street Journal de Matt Ridley, « Cooling Climate Change Fears », rappelle l’ensemble de ces observations scientifiques et s’interroge sur ce que sera l’attitude de l’IPCC face à l’évidence.
Pour autant, lutter contre les pollutions reste un objectif fondamental car indépendamment du risque de réchauffement même s’il est plus limité qu’on ne l’a dit, les conséquences sur la santé humaine, l’économie globale et la stabilité sociale et politique de notre monde n’en sont pas moins préoccupantes.
On attend des scientifiques de la rigueur et de la mesure et non pas un discours alarmiste volontairement outré, destiné sans doute à susciter une réaction de l’opinion publique et une prise en compte politique.
C’est une grande confusion des rôles : les scientifiques n’ont pas à déformer leurs conclusions dans le but d’obtenir un résultat politique ou d’accroître une notoriété.
C’est au politique qu’il appartient, à partir de résultats scientifiques, de questions et de réponses précises sur les causes, les conséquences et les observations, de prendre les décisions qui s’imposent après un débat démocratique éclairé.
L’hystérie alarmiste ne fera pas plus avancer les choses que le négationnisme climatique puisqu’à l’évidence la vérité se situe entre les deux.

Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 19/12/2012

Commentaires

1.Posté par Francis Nadizi le 20/12/2012 16:10
Merci pour votre lucidité. Il est effrayant de voir combien il est difficile de mettre en doute la théorie du réchauffement tant les enjeux financiers sont devenus colossaux. Nous sommes entrés dans le dogmatisme le plus absolu.
Je vous recommande l'excellent reportage "The great global warming swindle", que l'on peut traduire par "La grande arnaque du réchauffement global", reportage passé sous silence en France et dans lequel d'éminentissimes scientifiques de toutes spécialités battent en brêche le catastrophisme lucrativement entretenu Je me fais d'ailleurs un plaisir de vous en faire parvenir un exemplaire DVD au plus tôt .
Bon courage pour la suite et
Bonnes Fêtes de fin d'année!

Nouveau commentaire :

Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives