Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Extrait du débat sur le projet de loi sur la Nouvelle organisation territoriale de la République, 3 mars 2015


Je dois dire que je suis à la fois surpris et flatté de l’importance prise par cet amendement. Il s’agissait à l’origine d’un amendement du Gouvernement, voté par le Sénat. Mais l’article ainsi créé a ensuite été contesté. Il l’a été en raison de sa rédaction, et certainement pas sur le fond, car il n’avait pas la signification qu’on lui a prêtée.

De quoi s’agit-il, en substance ? La loi permet à l’Assemblée de Corse de proposer un certain nombre de modifications législatives et réglementaires au Gouvernement et au Parlement. Dans ce cadre, il s’agissait de permettre à l’Assemblée de Corse d’instituer une taxe de mouillage dans les aires marines protégées de Corse, celles qui – j’y insiste – sont gérées par la collectivité territoriale de Corse, c’est-à-dire Scandola et Bonifacio.

M. Marc Le Fur. Je croyais que la collectivité territoriale de Corse ne pouvait pas lever l’impôt ?

M. Paul Giacobbi. Permettez, monsieur Le Fur, que je poursuive. Je rappelle que cette mesure a fait l’unanimité à l’Assemblée de Corse, et que M. Camille de Rocca Serra a déposé un amendement très proche du mien – même s’il ne sera pas présent pour le défendre. Je répète que l’Assemblée de Corse s’est unanimement déclarée favorable à ces dispositions – y compris M. de Rocca Serra et les membres de son groupe.

Comme d’habitude, par la suite, on nous a dit : « vous comprenez, il ne faut pas que cela ne concerne que la Corse. » Nous considérons, pour notre part, que cela ne doit concerner que la Corse, et certainement pas l’ensemble des aires marines protégées – que je connais un peu par ailleurs.

Si on interprète à l’extrême l’amendement déposé initialement par le Gouvernement – et déposé à nouveau par votre serviteur – le dispositif pourrait éventuellement être appliqué ailleurs. Encore que ! D’abord, pour en déduire cela, il faut vraiment solliciter le texte de cet amendement, puisqu’il concerne « les collectivités territoriales ou les établissements publics ». Des sous-amendements ont été déposés pour modifier cette formulation. Ensuite, cet amendement ne concerne que les seules collectivités territoriales « qui contribuent à la gestion d’une aire marine protégée ». Il s’agit donc de la collectivité territoriale de Corse et – je l’ai appris récemment : voyez qu’on en apprend toujours, et à tout âge – le département des Pyrénées-Orientales, qui gère la réserve naturelle marine de Cerbère-Banyuls. Sous réserve que les sous-amendements que j’ai évoqués soient adoptés, ce sont là les seules collectivités qui seraient susceptibles d’instituer cette redevance.

Puisque les sous-amendements visent à limiter le dispositif à la Corse et à une réserve des Pyrénées-Orientales, quelle est la situation en Corse ? Il suffit d’y aller, au lieu d’en parler : le sud de l’île, notamment, connaît une prolifération de très gros navires – je parle ici, non de bateaux de dix à vingt mètres, mais de bâtiments mesurant jusqu’à cinquante mètres, voire davantage – qui, pour éviter d’être taxés en Sardaigne, viennent dans nos eaux, ce qui crée un problème ingérable.

M. François Pupponi. Des navires loués 700 000 euros la semaine !

M. Paul Giacobbi. Comment le régler avec des moyens relativement limités ? Soit vous interdisez tout, ce qui serait une erreur profonde, car cela remettrait en cause une forme de tourisme et nous n’avons pas dans nos zones portuaires – tant s’en faut – et même ailleurs la capacité de recevoir l’ensemble de ces navires. Soit nous essayons d’instituer une redevance. Tel est l’objet du débat. Nous n’avons jamais eu l’intention, ni de près ni de loin, de créer un impôt nouveau applicable à l’ensemble de la France, comme cela a été prétendu. En tout cas, le risque est écarté par les modifications apportées à la rédaction de l’amendement et par celles proposées par les sous-amendements.

Si Mme la présidente fait preuve d’une certaine indulgence à mon égard, ce qui me paraît illégitime mais appellerait néanmoins ma gratitude, je profiterai de cette intervention pour préciser qu’au-delà de la limitation du dispositif à la seule Corse et aux collectivités qui gèrent directement une aire marine protégée, nous avons également la possibilité de renvoyer à un décret, pris après concertation, la fixation du tarif de la redevance – de manière à ce que personne n’ait rien à craindre.

Il ne s’agit donc pas de taxer la plaisance dans toutes les aires marines protégées, mais de permettre (Exclamations sur certains bancs)…

Nous avons déposé des sous-amendements pour restreindre le champ du dispositif ! Si vous ne les lisez pas, permettez que je les présente ! Il est difficile d’accepter un procès d’intention de la part de ceux qui n’ont pas lus nos propositions.

Mes chers collègues, ce débat me ravit mais, en même temps, m’inquiète. Je ferai donc quelques rappels précis. Chacun d’entre nous peut se sentir des ailes, se sentir pousser magnifiquement par le vent arrière… (Sourires.)

Je voudrais tout d’abord préciser à nos collègues du groupe UMP que cet amendement est une initiative d’élus de leur tendance à l’Assemblée de Corse ; Mme Santoni-Brunelli, parfaitement estimable, a toutes les qualités sauf celle de me soutenir. Elle sera par conséquent ravie de constater demain dans Corse-Matin la solidarité qui s’est manifestée.

Je signale d’ailleurs à nos collègues qu’un amendement identique à celui que j’ai déposé, qui n’était d’ailleurs jamais que la reprise d’un amendement du Gouvernement, a été déposé par Camille de Rocca Serra ; je laisse chacun régler ses problèmes en famille.

Concernant le périmètre, j’ai entendu M. Tian nous parler du parc national. Monsieur Tian, je vous rappelle que, comme disait M. de La Palisse, qui n’a pas été député mais qui avait du bon sens, un parc national est un parc national, ce qui signifie qu’il est géré par l’État. Pouvez-vous donc m’expliquer comment un parc national peut entrer dans le champ de ce texte, qui renvoie aux seules collectivités territoriales ou à leurs établissements publics ?

On me parle également des parcs naturels marins, qui ne sont pas des parcs nationaux. Les parcs naturels marins, et ce sera le cas de celui du cap Corse, sont gérés par l’agence des aires marines protégées, que je connais un peu puisque j’en préside le conseil d’administration. Puisque c’est un établissement public de l’État, il est hors du champ de ce texte.

On peut m’opposer que, compte tenu de la rédaction de l’amendement, on va taxer la terre entière, et probablement la mer de Chine du Sud, qui est d’ailleurs très convoitée.

Sur le périmètre actuel, compte tenu des modifications qui ont été apportées, puisqu’il y a eu une campagne et que l’amendement a été sous-amendé – on peut d’ailleurs sous-amender encore autant que vous le souhaitez –, jamais nous n’avons voulu que cette redevance concerne un autre territoire que la Corse. Cependant, nous nous trouvons face à un dilemme : soit on précise dans un texte de loi ou une proposition d’amendement que la disposition ne concerne que la Corse, et alors on nous oppose qu’il s’agit de la spécialité fiscale et que nous n’en avons pas le droit, soit on essaie de trouver un biais. Nous l’avons trouvé : en France, la seule collectivité territoriale qui gère une aire marine protégée au sens propre du mot c’est la Corse. En cherchant bien, nous en avons trouvé une autre : le département des Pyrénées-Orientales. Par conséquent, la réserve de Cerbère-Banyuls est également concernée, mais ce n’était pas voulu, nous n’en savions d’ailleurs rien, puisque nous ne l’avons constaté qu’après vérification.

Concernant les objections sur l’absence de service rendu, mes chers collègues, je vous invite à observer la réalité avant de faire des affirmations. Quand des bateaux de 40 ou 50 mètres de long sont à Bonifacio, ne croyez-vous pas qu’il faut ramasser un certain nombre de déchets ? Voulez-vous que je vous détaille les budgets pour payer les équipes présentes en permanence au service des plaisanciers ?

Quant à l’idée qu’un bateau au mouillage à un ou à trois kilomètres des côtes dans une aire marine protégée, c’est-à-dire dans une zone inoccupée en général à terre par la population, est nécessairement celui qui va rapporter de l’argent… Il me semble que pour cela il faut généralement que le bateau se rende dans un port et dans les commerces. Dans les criques des îles Lavezzi, vous pouvez difficilement vous rendre dans un commerce quand vous mouillez à 50 mètres du rivage.

Je passe sur d’autres arguments. Un bateau de 8 mètres de long paiera 160 euros la nuit, c’est-à-dire le tarif d’un quatre-étoiles ; je ne savais pas que les quatre-étoiles pour quatre ou cinq personnes coûtaient si peu cher… (Sourires.) Voilà une nouvelle intéressante. (Exclamations sur quelques bancs du groupe UMP.)

Dans le cas d’espèce, un décret fixera les choses, comme cela a été proposé dans un sous-amendement. Je veux bien recevoir toutes les critiques du monde, et je suis extrêmement à l’aise avec cela, puisque cette proposition vient de cet autre côté de l’hémicycle, qu’elle y est contestée et l’est peut-être de ce côté aussi. Le débat public sera tout de même extraordinairement amusant.

Nous sommes bien sûr ouverts à tous les sous-amendements. Je signale que la plupart des objections qui ont été soulevées quant au périmètre tombent dès lors qu’on accepterait, si l’on veut bien en discuter de bonne foi, un des sous-amendements qui est déposé par mon groupe et qui consiste précisément à limiter la liquidation de la redevance aux seules collectivités territoriales et à leurs établissements publics assurant la gestion, la préservation et la protection d’une aire marine protégée, le cas échéant sur délégation de l’État. (Applaudissements sur les bancs du groupe RRDP.)

M. Giacobbi. Nous venons d’introduire dans notre règlement une nouvelle disposition de facto qui prévoit, après la discussion et le vote, l’exégèse du vote en séance. Je ne l’avais encore jamais vu, mais on apprend à tout âge !

M. Benoist Apparu. Il faut une présidence plus stricte !

M. Paul Giacobbi. Je rappelle à nos collègues, pour les rassurer et être précis tout à la fois, qu’ils ont voté un sous-amendement prévoyant que le montant de cette redevance ne peut être liquidé que par les collectivités territoriales ou leurs établissements publics. Je répète donc que ce dispositif ne peut s’appliquer ailleurs.

Cela étant, l’argument soulevé par M. Apparu me paraît justifié… bien que le caractère maritime de sa circonscription ne soit pas évident.

M. Benoist Apparu. Je confirme !

M. Paul Giacobbi. Je suggère donc, madame la ministre, que nous puissions tirer profit de la navette pour perfectionner le texte, afin que les questions soulevées par nos collègues, après tout bien légitimes, n’aient plus lieu d’être.

Commentaires (207) | Rédigé par Paul Giacobbi le 04/03/2015

Commentaires
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

1.Posté par Baldi le 06/03/2015 18:54
Pour faire voter son amendement relatif à une taxe sur les mouillages dans les aires marines protégées, le député Giacobbi, a pris quelques libertés avec la réalité...

Mardi soir, 75 députés ont voté (48 pour, 27 contre plus quelques abstentions) l'amendement du député Paul Giacobbi, président du conseil exécutif de l'Assemblée de Corse, instituant une taxe sur les mouillages dans les aires marines protégées.

A cette occasion, l'édile corse a "survendu" son texte pour en minimiser l'impact auprès des plaisanciers, pensant que ces derniers n'y verraient que du feu....

J'ai fait le point sur 4 éléments d'une argumentation mise en avant par le député Giacobbi, dignes de ceux... d'un arracheur de dents !!

1 / Un prétexte écologique qui ne tient pas

La taxe voté est "vendue" comme étant destinée à limiter l'impact des mouillages des bateaux de plaisance dans les Aires marine protégées, et ce, dans deux aires marine protégées du sud de la Corse.

Si telle était Vraiment la volonté du député Giacobbi, une loi n'était pas nécessaire. Il suffisait simplement que la collectivité de Corse, dont il est le président, organise des mouillages sur bouées dans ces deux parc marins, contre rémunération.

L'effet des ancres de bateaux sur les fonds marins disparaîtrait et le tour serait joué !! Le prétexte écologique est d'autant plus énorme que le texte voté ne cherche pas à limiter le nombre de bateaux pouvant mouiller sur une aire marine protégée, mais juste à les taxer !!

La motivation environnementale est donc totalement fallacieuse !

2 / Une loi destinée à s'étendre sur l'ensemble du littoral

Faire voter une loi limitée à la Corse peut sembler étonnant, surtout quand on sait qu'elle n'est pas nécessaire comme on vient de le voir !

La raison de cette démarche est à rechercher plus loin et nécessite de prendre un peu de recul...

Le député Giacobbi a précisé que cette loi ne s'appliquerait qu'à la Corse, seule collectivité gérant une aire marine protégée, et que les plaisanciers de l'hexagone, pouvaient donc dormir sur leurs deux oreilles. Cette assertion est fausse !

Il a dans ce sens modifié le texte initialement présenté, pour ne permettre la perception de cette taxe que sur les aires marines protégées gérées par des collectivités territoriales et leurs établissements publics. Dont acte !! Mais que cache réellement cette modification ??

Une argumentation totalement fallacieuse à plusieurs niveaux :

la Corse n'est pas la seule collectivité territoriale à gérer de telles aires : le département des Pyrénées Orientales en gère également une. Une situation que Paul Giacobbi connaît bien, cumulant la fonction de... président de l'Agence des Aires Marines Protégées, administration d'Etat qui gère la majorité des ces zones !
En fin connaisseur du dossier, Giacobbi, sait que cette administration est exsangue et que l'Etat ne rajoutera pas au pot !! Il lorgne d'ailleurs avec gourmandise les 37 millions d'euros collectés chaque année par le Conservatoire du Littoral auprès des plaisanciers dans la cadre du DAFN (Droit Annuel de Francisation et de Navigation), et œuvrerait en sous main pour faire absorber ce dernier par son agence...
Il sait aussi parfaitement que l'Etat va créer 10 nouvelles aires marines protégées d'ici 2020 ce qui conduira au fait que près de 50% du littoral hexagonal devraient à terme passer sous ce statut, et que l'Etat sera incapable de les financer.
Dans ce cadre, il anticipe le fait que l'Etat va transférer aux Régions la gestion des Aires Marines Protégées, ce qui explique qu'il ait fait modifier le texte initial de loi, en indiquant que seules les collectivités territoriales et leurs agences (et non plus l'Etat), pourra encaisser la taxe sur le mouillage !!!
Le député Giacobbi joue donc avec 2 tours d'avance, anticipant ce transfert de compétences pensant que personne n'y verra rien !!

La conséquence de cette mesure est que d'ici 2020, une belle moitié du littoral sera privatisée, permettant aux plus riches de ne plus être dérangés... par les embarcations de monsieur tout le monde !! Une belle mesure sociale de la part d'un gouvernement de gauche, mise en place en deux étapes, pour endormir les plaisanciers !!

3 / La contre-vérité sur la Sardaigne

Dans son argumentation, le député Giacobbi met en avant que la taxe en vigueur en Sardaigne, détournerait les bateaux vers la Corse, avec tous les ravages que l'on imagine.

Or, il n'existe pas de taxe sur les mouillages en Sardaigne ! Etonnant qu'il ne le sache pas, non ??

Le principe de la taxe qu'il propose y a été adopté en 2006, puis supprimé en 2009, après une chute de 50% de la fréquentation du littoral qui a fait plonger l'économie de l'Ile.

Aujourd'hui, seul le Parc National de la Maddalena, en Sardaigne, impose le versement d'une redevance, allant de 10 à 40 euros pas bateau, dans le cadre de mouillages sur bouées et de services haut de gamme proposés aux plaisanciers, une démarche très compréhensible, mais totalement différente de la taxe Giacobbi !!

A tout moment, la collectivité de Corse peut mettre en place ce principe de mouillage sur bouées, contre rémunération (une redevance donc et non plus une taxe) dans les aires marines protégées de Bonifacio et Scandola, comme vu au point 1 de cet article !!

4 / Les Corses consultés sur cette mesure

Dans son argumentation, le député Giacobbi a indiqué que les Corses étaient d'accord avec cette mesure !

Cette allégation est fausse. L'accord général sur cette mesure, vient en partie du fait que Camille de Rocca Serra a proposé un amendement visant à dédouaner les Corses du paiement de cette taxe, selon le principe que les bateaux corses doivent sans doute... moins polluer les aires marines protégées que ceux des touristes !! Cet amendement n'a pas été discuté, mais a fait le buzz dans l'Ile de Beauté !

De fait, les Corses sont d'accord sur le fait de ne pas payer cette future taxe !!!

En revanche, la filière nautique corse, tout comme le secteur de l'hôtellerie-restauraton et de la distribution n'ont jamais été consultés, qui sont vent debout contre cette taxe, dont on a vu les ravages engendrés par celle mise en place en Sardaigne entre 2006 et 2009 !!

2.Posté par Beromar le 06/03/2015 19:28
Merci Baldi pour ce commentaire éclairant !!
Si j'ai bien compris cette taxe est destinée, entre autre, à permettre aux grosses unités qui viennent de Porto Cervo ou d'ailleurs, de mouiller sans être dérangées par les "petites", car il est évident que la taxe ne sera guère dissuasive pour des "plaisanciers", prêts à louer des bateaux plusieurs centaines de milliers d’euros par semaine !!!

3.Posté par alexis le 06/03/2015 19:46 (depuis mobile)
Le principe de cette taxe est dangereux en ce qu''il porte atteinte a une liberté fondamentale. Jamais l''accès a la mer n''a été taxé, pourquoi pas non plus l''accès a la plage parce qu''il y a trop de monde?
Cette mesure est inadmissible

4.Posté par alexis le 06/03/2015 19:47 (depuis mobile)
Le principe de cette taxe est dangereux en ce qu'il porte atteinte a une liberté fondamentale. Jamais l''''accès a la mer n''''a été taxé, pourquoi pas non plus l''''accès a la plage parce qu''''il y a trop de monde?
Cette mesure est inadmissible

5.Posté par Allemand le 06/03/2015 23:38 (depuis mobile)
160€ la nuit, pas cher pour un bateau de 8 mètres... On croit rêver ! Et merci de vous "amuser" à l''''''''avance du débat public avec le bas peuple, qui s''''''''occupe pour l''''''''instant d''''''''essayer de rassurer ses clients...

6.Posté par Claude le 07/03/2015 13:46
Les plaisanciers sont victimes de discrimination ! Seuls eux devraient payer pour profiter de la mer, alors qu'ils payent déjà et seuls 37M€ au titre de la DAFN !
Cette taxe est injuste, discriminatoire, et va fossoyer une filière entière !
Cela fera quelques dizaines de milliers de chômeurs en plus, des rentrées fiscales en moins, encore et toujours de la récession car il va bien falloir indemniser ces futurs nouveaux chômeurs, pire il va falloir payer pour récolter un impôt qui ne couvrira même pas les sommes nécessaires à le recouvrer !
In fine, les plaisanciers ne paieront pas, ils partiront dépenser leurs devises en Espagne ou en Italie, au pire ils vendront leur bateau ou les braderont, et iront faire des voyages lointains en ne permettant pas à notre payse de "récupérer" le fruit du travail de ses propres citoyens !

Vous nous avez servi là une mauvaise loi, un projet totalement irresponsable et irréfléchi !

Et pire de tout, Monsieur le député, si pour vous "160€ c'est si peu cher" , cela n'est certainement pas le cas de tout le monde, soyez au moins respectueux des citoyens qui en bavent pour subvenir à leurs besoins essentiels ! Tout le monde n'a pas la chance de profiter de tous vos privilèges ....

Monsieur, je vous donne un moyen infaillible de faire rentrer de l'argent, taxez donc toutes les plages, tous les sentiers desservant une zone littorale .... Mais aurez vous le courage de proposer une telle mesure ? C'est si facile de désigner des plaisanciers !

Moi député, je proposerai à mes collègues de voter une loi nous forçant à renoncer à nos privilèges exclusifs et qui lisserait nos "droits" sur ceux des citoyens de base ....

7.Posté par denis le 07/03/2015 14:03
Monsieur,
En faisant voté cette moi a la limite de la constitutionnalité, vous avez réussi a montrer a démontrer vos méconnaissance de la plaisance, et du niveau de vie des français.

1/ nous payons déjà une taxe le DAFN
2/ ce n'est pas une redevance, mais un impôt puisque aucun service ne sera en contre partie du paiement
3/ L'écologie de quoi? en payant la possidonie et les fonds marins vont mieux se porter???
4/ 160 euros le nuit, cela ne vous parait pas cher... savez vous Monsieur que la moyenne d'âge des bateaux en France est de plus de 20 ans, donc finalement pas plus cher qu'une petite voiture...
5/ vous mettez en péril 45 000 emplois directs
6/ Merci

8.Posté par MICHEL BELUITE le 07/03/2015 14:44
Marin professionnel pratiquant le charter à la journée sur la Côte d'Azur je devrais demandé 300€ de taxe à mes clients pour une location à la journée en plus des 20% de TVA !!!!!
Il ne me reste plus qu'à changer de pavillon ! Pauvre France!!!!

9.Posté par Rodolphe Garnier le 07/03/2015 16:27
Je vais en Corse pour mes vacances depuis la nuit des temps, c'est un vrai effort logistique (SNCM etc) et financier.
Ca sera donc la dernière année car je ne paierais pas 150€ par jour pour mouiller aux Lavezzi et voir des bateaux bondés de touristes venant de Bonifacio, musique a fond, jeter leurs clopes dans la flotte et dans le sable. Nous ne sommes pas des nantis, nous nous sacrifions pour une passion qui va mourrir avec cette filière d'excellence grâce a cette merveilleuse taxe.

10.Posté par Jérôme le 07/03/2015 22:19
Nous seuls plaisanciers payons déjà le DAFN qui finance quasi-intégralement le Conservatoire du Littoral dont profitent des millions d'usagers chaque année (!).
Maintenant, vous instaurez une taxe, car malgré vos ronds de jambes c'est bien de cela qu'il s'agit, qui sera forcément amenée à s'étendre à toutes les aires marines protégées. Ce n'est qu'une question de temps à l'heure où l'Etat cherche à se désengager au profit des collectivités locales. Vous le savez ! Malgré cela, vous cherchez toujours à nous berner.
Par cette taxe, vous parviendrez à confisquer ce qui ne vous appartient pas : notre liberté !
Après avoir prélevé l'impôt, après avoir oeuvré pour modifier les fondements même de notre société depuis 30 ans, allant jusqu'à la détruire pour la transformer en quelque chose qui n'existait pas jusqu'à présent, voilà que vous cherchez à nous priver de ce droit fondamental qu'est NOTRE liberté !
Vous oubliez simplement que des élections se profilent et que d'autres suivront ... Vous oubliez que vous êtes à notre service, non l'inverse ... Vous oubliez que la roue tourne ...
Vous, les politiques, toutes tendances confondues, à force de mentir et d'embobiner vos électeurs et la nation, à vous nourrir de tous vos privilèges, grassement rémunérés et entretenus par l'argent des contribuables, vous en perdez le sens des réalités tandis que la confiance a disparu ...

11.Posté par Guillaume le 08/03/2015 09:57
Monsieur Giacobbi , il est regrettable de voir un élu de la république mentir au sein de l'hémicycle, symbole de la démocratie, de plus soutenu par un ministre de la république.
Vous avez dit que cette amendement ne concernait que la Corse (et les Pyrénées oriental) car c'est les seuls amp gérées par une collectivité locale, ce qui est exacte si on se limite aux collectivités territoriale mais vous avez vous même dans votre amendement rédigé de cette façon " Il peut être institué par les collectivités territoriales ou par les établissements publics qui contribuent à la gestion d’une aire
marine protégée mentionnée à l’article L. 334-1"
il y a un "ou" impliquant aussi les établissement publics issus de l'article L334-1 du code de l’environnement, article désignant l'agence des amp. Ce qui veut dire que toutes les amp gérées par l'agence sont susceptible de recourir à cette "taxe". Les AMP vont bientôt représenter 20% des côtes française donc a moins de vouloir agrandir la corse à toute la France vous avez bel et bien menti.
Sachez que les électeurs se souviendront de vos agissements.

12.Posté par Claude le 08/03/2015 10:12
Les propos "rassurants" que vous avez cherché à nous faire avaler, doivent vous ENGAGER !
C'est trop facile de mentir pour faire passer une loi, mais c'est inconcevable de ne pas en assurer les conséquences éventuelles !

Monsieur Giacobbi, si vous êtes un homme d'honneur, un homme debout et droit, je pense que vous accepterez bien naturellement de prendre à votre charge toute éventuelle redevance de mouillage qui viendrait à être imposée en dehors de votre Ile, à tout plaisancier désirant mouiller une ancre.

Je ne doute pas une seule seconde de la teneur de vos certitudes et engagements envers nous, donc assumez votre pensée.

Je souhaiterai lire votre engagement personnel, aussi celui de Mme Lebranchu, à vous porter au moins tous les deux, vous pourrez demander la participation des autres députés ayant voté POUR, cautions solidaires et indivisibles pour le paiement de cette taxe pour tout plaisancier "malencontreusement" taxé en dehors de certains endroits Corse !

Monsieur le député, réfléchissez y, vous ne devrez JAMAIS débourser un seul centime, vous nous l'avez asséné à maintes reprises ! Cette caution ne vous coûtera jamais un seul centime, vous nous l'avez promis ....

Monsieur le député, il en va de votre honneur d’assumer vos propos....

13.Posté par IDF le 08/03/2015 12:05
un vrai non sens cette loi et ses amendements de bouffons !
rendez vous dans les urnes !

14.Posté par Crespy le 08/03/2015 12:26
Monsieur, vous etes un politicien professionnel, fils d'un politicien professionnel, petit fils ... etc etc
quel a été à un moment donné votre apport financier pour faire vivre la république
vous n'etes qu'un parasite et vous voulez taxer les plaisancier?
taxez donc plutot vos émoluments non imposables et baissez le montant de vos futures retraites

15.Posté par Philippe le 08/03/2015 12:33
Monsieur le député, face à ces commentaires parfaitement fondés et documentés, votre silence est assourdissant et témoigne si besoin était de votre mauvaise foi et de votre duplicité dans cette affaire.

16.Posté par alexis le 08/03/2015 12:34 (depuis mobile)
Plaisancier plutôt modeste, j''ai passé plusieurs fois mes vacances en Corse. Évidemment, cette année je ne vais pas me risquer à aller mouiller dans le secteur considéré, ni dans aucun autre endroit de Corse puisque nous irons aux Baléares. Boycott!

17.Posté par Alain-Marc le 08/03/2015 14:03
Les ancres abîment les fonds ... ceux des bateaux corses non ? ah ... bon.

Je rejoins Philippe sur l'état de vos réponses ... Dîtes-nous si vous pensez que de
mouiller des corps morts est plus cher que de chercher (vainement) à faire payer
un mouillage sur ancre alors qu'il impliquerait une surveillance quasi antiterroriste
permanente (dont vous ne chiffrez pas le coût).

Votre honneur est effectivement en jeu (lire Claude plus haut) dans ce silence.

Propriano et le Sud ne me reverront jamais ... pas plus que la Corse.

On verra comment vos électeurs vont le prendre ...

Nous attendons ici votre réponse

18.Posté par Masterboat le 08/03/2015 14:07
Giaccobi s'est deja illustré en 2013 avec son projet d'empêcher les non résidents Corse d'acheter une maison sur l'Ile
Cette taxe fera encore payer les francais sans aucune contre partie
De coffres auraient été plus efficaces
Quant a la liberté dont les marins sont si amoureux, on la réduit encore
et laisser penser que des marins sont des pollueurs, usagers de la nature ils sont au contraire
tres attentifs
Taxer tous les bâteaux sous couvert de cibler les grandes unités est fallacieux

19.Posté par Olivier R. le 08/03/2015 14:31
De Suisse.
Je projetais la Corse pour naviguer cet été. Oubliez!
Ma petite semaine en mai est aussi annulée. Je viens de décommander la location de la villa de M. Remy en lui expliquant le pourquoi.

20.Posté par pierrot le 08/03/2015 14:38
Le vent de la révolution commence à souffler sur ce pays, ce n'est qu'une petite brise aujourd'hui mais annonciatrice d'une grosse tempète, monsieur le député aucun abri ne saura vous protéger vous et vos comparses, et ce ne seront pas des mensonges et autres belles paroles qui vous sont familières auquel vous aurez affaire mais bien à un autre type de langage certainement plus musclé .........pensez-y sérieusement.......les moutons deviennent des loups......

21.Posté par leveille le 08/03/2015 14:51
Monsieur,

Vous etes selon vos propros "surpris et flatté" de l'indignation que provoque votre loi. vous etes "surpris et flatté" quand tout à coup une grande partie de la population qui ne vous connaissait pas vous considérent que vous vous attaquez à une de leur liberté essentielle, Vous etes "surpris et flatté d'avoir trouvé 47 collègues, soit 8% de l'assemblée, pour vous soutenir. Vous etes "surpris et flatté"quand touts prédisent que votre loi va créer du chomage dans toute la filiere nautique, Vous soutenez que cette loi n'est applicable qu'à la Corse alors que vous savez tres bien qu'elle sera tres vite étendue a tout le domaine maritime. Cela vous fait rigoler lorsqu'on vous dit que "la nouvelle taxe" représente le prix d'une nuit dans un quatre étoiles. La plupart d'entre nous n'ont jamais mis les pieds dans un quatre étoile (on ne se fait pas entretenir par la République) par contre nous sommes habitués à l'inconfort de nos fidèles compagnons, ou l'on ne tient pas toujours debout. Mais tout cela vous surprend et vous fait rigoler.........

22.Posté par Steffan francois le 08/03/2015 14:57
Monsieur c'est encore un coup d poignard dans le dos que vous nous assénez cette taxe n'est qu'un moyen de ramasser de l'argent. Si cette loi scélérate passe, vous ne ferez que confirmer ce que pas mal de monde s'empêche de penser que décidément vous n'avez aucune vrai idée poue nous diriger et que nous soyons gagnant -gagnant.
Je pense que vous vous êtes baladé dans ce fameux triangle maudis où les radômes et les antennes des yachts nous empêchent de voir les magnifiques falaises de Corse, où ces fameux bateaux vomissent leurs jets skis ronflants autour de leur "base" illuminant l'eau inutilement toute la nuit sous un fond de musique avec des basses a faire trembler tout le voisinage.......allez, j'arrête votre truc est nul et je contemplerai désormais les Lavezzi sur les photos que j'ai faites il y a 15 ans...me manqueront juste les moustiques, la chèvre et le calme du soir couchant ou repose la sémillante ...

23.Posté par Gradlon le 08/03/2015 15:28
Utiliser la représentation nationale à des fins de défense d'intérêts locaux Corse (Mme Lebranchu affirme que cette loi n'a pas de portée autre que sur ce territoire) est une manipulation qui discrédite cette assemblée. Ce n'est hélas pas le recours à l'épouvantail Front national qui parviendra à la sauver. La sanction sera dure et vous l'aurez bien mérité. Entre temps vous aurez fait payer très cher à l'ensemble de la plaisance vos logiques boutiquières.

24.Posté par BERGER le 08/03/2015 15:59
Monsieur,25 années que je navigue en Corse,25 années que je dépense dans les restaurants,les grandes surfaces,les épiceries,les ports etc,etc.La sardaigne est prête à prendre notre argent ou excepté la Maddalena elle est gratuite sur son pourtour !!!!!!
Je pense ne pas être le seul à vouloir déserter la Corse si un impôt de mouillage venait à voir le jour.
Je pense que nous n'aurons pas de réponse de votre part mais je vous salut quand même.

25.Posté par Maci le 08/03/2015 16:14
"Quant à l’idée qu’un bateau au mouillage à un ou à trois kilomètres des côtes dans une aire marine protégée, c’est-à-dire dans une zone inoccupée en général à terre par la population, est nécessairement celui qui va rapporter de l’argent…"

Oui c'est exact, mais avant ou après ils iront faire des achats dans les ports!

Argumentation fausse!

26.Posté par Maci le 08/03/2015 16:17
"Quand des bateaux de 40 ou 50 mètres de long sont à Bonifacio, ne croyez-vous pas qu’il faut ramasser un certain nombre de déchets "

Les navires de cette taille sont tous pourvus de traitement des eaux et des déchets!!!

Argumentation fausse!

27.Posté par Maci le 08/03/2015 16:23
"Un bateau de 8 mètres de long paiera 160 euros la nuit, c’est-à-dire le tarif d’un quatre-étoiles ; je ne savais pas que les quatre-étoiles pour quatre ou cinq personnes coûtaient si peu cher… (Sourires.) Voilà une nouvelle intéressante. "

Quatre sur un bateau de 8m?????
vous n'êtes sûrement pas monté à bord de ce type de navire.
Et ceux qui naviguent seul?

argumentation tendancieuse et fausse!

28.Posté par Maci le 08/03/2015 16:38
En quoi êtes-vous de gauche? RRDP

Avec cette redevance vous favorisez les très riches qui n'en ont que faire de payer cette obole.

Vous resterez avec ces grosses unités, qui transportent leur propre avitaillement et ne vont rien acheter dans les commerces locaux.

Quand aux autres ils iront ailleurs, les commerçants seront ravi de votre décision. Comme projet de campagne électorale, c'est parfait.

Tout ça c'est du gagne petit sous des aspects pseudo écologique ou bien il y a quelque chose de caché, mais cela finira par sortir.

29.Posté par dehaut le 08/03/2015 16:46
Monsieur le député
Propriétaire d'un vieux bateau de près de 30 ans, comme beaucoup de plaisanciers lorsque je navigue, je navigue le longs des côtes en allant de mouillage en mouillage et en descendant à terre pour faire mes courses et aller de temps à autres aux restaurants du secteur.
Compte tenu de la taxe que vous avez instauré, je ne naviguerai plus en France et irai faire mes achats et dépenser mon argent chez nos voisins italiens ou espagnols.

30.Posté par Volfoni le 08/03/2015 16:58
Il me semblait que le sénat était la maison retraite de nos élus.
A vrais dire il ferait mieux de se spécialiser dans la sénilité de vieux croutons qui pensent encore percevoir la Dîme sans vergogne.
Mettre une taxe sur les mouillage en Corse sera un nouveau coup de couteau dans le dos des insulaires.
La fréquentation a déjà diminuée de manière sensible cette année et ce n'est certainement avec de telles crétineries que vous donnerez envie aux "Pinzutus" d'y retourner.
On vous paie déjà assez cher pour passer une retraite paisible au Sénat alors de grâce, n'essayer pas de travailler. Vous voyez bien à quel point vous n'en avez pas la compétence.
La plaisance est une ressource fort appréciée des saisonniers. Ne les privez pas de ça et laissez nous faire prospérer l'économie locale qui ne vous demande rien.
L'Eco_business n'a que trop duré sur le dos des contribuables au profit des gros qui se gavent sur notre dos.

31.Posté par Oswalt le 08/03/2015 17:10
Vous avez surement des copains qui ne peuvent plus être tranquilles au mouillage sur leurs énormes yachts? Et qui eux n'en ont rien à foutre ni de payer et surtout de polluer. Je suis écœuré par nos dirigeants qui n'on aucune compétence à part peut-être de taxer même ce qui ne devrait pas l’être. Vivement le changement.

32.Posté par OLof le 08/03/2015 17:11
Ben voyons, Monsieur le Député, pourquoi se gêner, encore taxer les cochons de payants pendant que vous vous gobergez aux frais du contribuable... Mais quand est-ce que vous atterrirez,vous, les élus, complètement déconnectés de la réalité, seulement préoccupés de votre réélection et du passage de flambeau à vos héritiers? Bon là, j'arrête, sinon je vais droit au dérapage, et vous seriez parfaitement capable de m'assigner pour vous avoir signifié mon opinion sur votre incompétence...

33.Posté par eugene le 08/03/2015 17:34
Pauvre France, pauvre démocratie. 48 voix pour approuver une loi qui vas mettre des milliers de personnes dans la mouise. loi soit disant pour les grands bateaux ce qui n est pas par ailleurs stipuler à aucun endroit de la loi (taxe à partir du 1 mètre qu elle que soit la longueur). il serai bien que l'on puisse nous expliquer aussi qu un mouillage sur ancre payant fait moins de dégâts que quand il est gratuit. On se fout vraiment du peuple, on nous prends pour des moutons voir des abrutis. C est bien ce genre d inepties qui va tous nous amener à des matins qui déchantent et malheureusement pas que pour
ceux qu ils les auront provoqués.

34.Posté par Claude le 08/03/2015 18:28
Monsieur le député, vous ne lisez jamais votre blog ? Vos réponses sont attendues !

Monsieur Giaccobi, ne faites pas honte à la Corse, soyez digne,
ayez le courage d'assumer vos propos .... Puisque nous ne devrons pas payer, vous êtes formel sur ce point, engagez vous à le faire pour nous, un homme politique d'honneur, ça se remarquera en bien et cela vous sera profitable ...

A l'inverse, un Corse qui disparaît des écrans après avoir porté une attaque fatale à un pan entier - et prospère - d'une économie qui en a cruellement besoin, cela n'est pas digne, et cela venant d'un élu Corse .... je n'ose pas croire que cela puisse être possible !

Allez forcez vous, écrivez nous vos réponses, nous les attendons ....

35.Posté par Marcel PIQUEL le 08/03/2015 19:12
Monsieur le député ,
Je vous propose de réfléchir quelques instants sur ces deux adages:
- " Il n'y a pas de fumée sans feu".
- " Qui sème le vent ,récolte la tempête".

36.Posté par alexis le 08/03/2015 19:49 (depuis mobile)
Monsieur le député,
La communauté nautique française attend le retrait de ce texte dans les plus brefs délais.
Vous ne faites pas honneur au courant politique que vous représentez avec un texte aussi contraire aux valeurs de liberté et d''égalité .

37.Posté par PIERRE le 08/03/2015 19:56

Monsieur le Député,
Je vous ai écouté attentivement mardi 3 mars lors de la discussion de l'article 18A à l'assemblée.
Je dois avouer avoir apprécié votre humour.

Extrait du compte rendu intégral :

Vous rappelez d'abord les propos de l'un de vos collègues :
"Un bateau de 8 mètres de long paiera 160 euros la nuit, c’est-à-dire le tarif d’un quatre-étoiles"
Puis vous ajoutez :
" je ne savais pas que les quatre-étoiles pour quatre ou cinq personnes coûtaient si peu cher…" (Sourires.) Voilà une nouvelle intéressante". (Exclamations sur quelques bancs du groupe UMP.)

Cela vous a fait sourire Monsieur le Député ???
Sûrement pas "les français moyens" qui vous écoutaient...!

Le saviez vous ? :
Le revenu moyen français s'élevait en 2012 à 2154 € net mensuels avant impôts (source : INSEE 2012)
Soit environ 1975€ par mois après impôts. Soit 66€ par jour en tout et pour tout....

Cela veut dire que pour acquitter la taxe journalière que vous voulez instaurer Monsieur le Député, il faudrait que ce français affecte la totalité de ses revenus de 2,5 jours !!!

Je vous rappelle par ailleurs qu'un 4 étoiles fournit un service : la chambre, le lit, la salle de bain et tout le confort.
Le confort du plaisancier, c'est le plaisancier lui-même qui le fournit (son bateau).
Et vous, monsieur le député, en regard de votre taxe, que fournissez-vous ? Rien !
Ce n'est donc pas une redevance comme vous essayez de le faire croire, mais bien un impôt.

Le principe semble donc simple : cochon d'électeur, cochon de payeur.
Pour ce qui est de payer, ce sera bien sûr la loi du plus fort qui s'appliquera (celle de l'état).
Mais pour les scrutins à venir, soyez certain, Monsieur le Député, que le cochon ne sera pas amnésique !

38.Posté par Jean-Luc le 08/03/2015 21:15
Mr le Député,
Mme Abstention progresse, prospère et vous remercie pour toutes ces trouvailles dont vous et d'autres politiques font preuve pour encore et encore et encore taxer, taxer , taxer.
A quand la taxe pour usure des bancs de l'assemblée nationale, remarquez, vu le taux d'absenteisme de certains , ça ne rapporterait pas grand chose.
Mon message ne servira pas à grand chose mais ça fait du bien !
Et encore bravo pour cette magnifique trouvaille, travestir une taxe en redevance.......

39.Posté par Laurent le 08/03/2015 21:27
Monsieur le député,

Je ne suis pas une vache à lait, vous touchez à ma liberté . J'irais désormais dépenser mes deniers dans des contrées plus accueillantes , Sardaigne ou Croatie.

Je ne vous remercie pas.

40.Posté par Patrick le 08/03/2015 22:12
Monsieur!

Vous êtes le déshonneur de la Corse..... et le pire c'est que vous vous en foutez.... plein les fouilles!

41.Posté par auclair le 09/03/2015 07:57
19 E avenue des sergents
résidence port dauphin 2
Giacobbi: BASTA

42.Posté par Eric le 09/03/2015 11:00
C'est vraiment affligeant de voir une telle déconnexion par rapport à la réalité de la part d'élus censés représenter le "peuple" !!!
Beaucoup trop d'élus vivent sur une autre planète et n'ont plus aucune notion de ce que peuvent vivre au quotidien la majorité des habitants de ce pays.
Considérer que la plaisance est uniquement une activité de "riches" montre bien une ignorance totale du sujet.
Les ports sont pleins de bateaux de petites tailles dont beaucoup de propriétaires font d'énormes sacrifices pour assouvir leur passion de la mer.
Mais peut-être que Mr Giacobbi ne veut tout simplement plus voir ces "pauvres sur l'eau !!!

J'ai honte pour vous Mr le député...

43.Posté par Jean-Luc Tual le 09/03/2015 11:41
L'argent des plaisanciers perçu au travers du DAFN va dans les caisses du conservatoire du littoral en France continentale, alors qu'en Corse c'est la collectivité territoriale qu'il revient. Vous ajoutez là avec cette redevance (taxe ou impôt nouveau) sur les mouillages dans les AMP une double peine aux plaisanciers. Vous voulez le beurre et l'argent du beurre.

Je vous cite : "Un bateau de 8 mètres de long paiera 160 euros la nuit, c’est-à-dire le tarif d’un quatre-étoiles ; je ne savais pas que les quatre-étoiles pour quatre ou cinq personnes coûtaient si peu cher…"
Votre remarque est totalement déplacée, blessante et insultante. Tous les plaisanciers ne roulent pas sur l'or. Beaucoup font des sacrifices pour assouvir leur passion de la mer.

Je ne vous porte pas en grande estime monsieur le député.

44.Posté par desaintpol le 09/03/2015 12:11
Votre loi est encore une insupportable atteinte à nos libertés, et révèle une fois de plus l'incapacité des politiques à imaginer des réformes intelligentes. La seule chose que vous saver faire, c'est de racketter !
Mettre sur le meme plan un voilier de 10 mètres et un motor yacht de 40 mètres est affligeant !
Sachez que les plaisanciers respectent l'environnement et la mer !
Le résultat ne pas se faire attendre pour la Corse : Boycott, pertes sèches pour l'économie locale, fragilisation de l'industrie nautique, etc...
Affligeant d'avoir des représentants comme vous, heureusement que les élections prochaines vont nous permettre de faire le grand nettoyage de printemps !

45.Posté par Gradlon le 09/03/2015 12:16
Je m'autorise à publier ici la prise de position publique du Président du Yacht Club de France. A mon sens, elle élève le niveau du débat parlementaire sur ce sujet. (source: actu nautiques):
"Depuis mi-janvier, un amendement essaie tant bien que mal de faire son chemin dans le processus d’adoption de la loi sur la Nouvelle Organisation Territoriale.
Nous jugeons que cette initiative est une erreur. Présupposant que les milieux maritimes « sont susceptibles d’être mis en péril par la pression exercée par les plaisanciers », il institue une « redevance pour tout navire mouillant dans le périmètre d’une Aire Marine Protégée métropolitaine ou ultramarine ».
Privé de président depuis la démission récente de Gérard d’Aboville, le Conseil Supérieur de la Navigation de Plaisance reste malheureusement silencieux sur ce sujet si important. La Fédération des Industries Nautiques (FIN), l’Union Nationale des Associations de Navigateurs de Plaisance (UNAN), la Fédération Française des Ports de Plaisance (FFPP) et la Fédération Nationale des Pêcheurs Plaisanciers (FNPP) se sont, en revanche, exprimées avec force pour dénoncer les conséquences administratives et économiques de la mise en place d’une telle redevance qui est en réalité un nouvel impôt discriminatoire.
Le Yacht-club de France est bien sûr solidaire de ce plaidoyer. Mais il nous apparaît qu’au-delà de ces arguments, c’est la relation future des français avec la mer qui est en jeu.
Nous estimons à près de cinq millions le nombre de navigateurs pratiquant régulièrement la plaisance au large de nos côtes à bord de six cent mille navires actifs immatriculés à la plaisance. Représentant tous les milieux sociaux – la plaisance n’est pas un loisir de riches, mais de passionnés – ils constituent aujourd’hui la part la plus importante des acteurs maritimes de nos zones littorales. Ils contribuent largement à l’entretien de la connaissance précieuse et intime de nos approches maritimes. Loin de les mettre en péril, ils sont dans leur très grande majorité les ardents défenseurs des valeurs que porte la pratique de la mer : responsabilité, solidarité, initiative, respect de l’autre et de la mer.
Ces valeurs s’acquièrent par une véritable imprégnation dans la durée au sein des éléments marins naturels, la mer, la côte, le vent, la houle, les marées et les courants avec lesquels il leur faut composer, sans possibilité de tricher. Le mouillage sur rade naturelle est partie intégrante et nécessaire de cette navigation. Il est la respiration du plaisancier. L’assujettir à un impôt peut être comparé sans forcer le trait à une improbable taxation du droit de respirer en certains lieux.
L’extension programmée par nos gouvernements de la superficie de nos Aires Marines Protégées est une très bonne chose. S’il vous plaît, Mesdames et Messieurs les parlementaires, ne les transformez pas en musées en dissuadant les navigateurs de plaisance de les pratiquer ! Vous feriez disparaître de précieux ambassadeurs d’une culture maritime dont notre pays a tant besoin.
Mesdames et Messieurs les parlementaires, s’il vous plaît, ne nous confisquez pas la mer !"

Yves Lagane
Président du Yacht Club de France »

46.Posté par Christian le 09/03/2015 12:31
Le nom de Giacobbi restera associé à un gâchis orchestré par un irresponsable. Je vais pour les 1 ou 2 années qui viennent mouiller dans des contrées plus accueillantes (désolé pour les € que je ne dépenserai pas chez mes amis Corses). Mais je me fais aucun souci sur un retour en arrière prochain car lorsque l’on commencera à parler des zones bizarrement désertées par les plaisanciers et de toute une filière nautique impacté par un mal étrange, je pense que décision sera prise pour enterrer définitivement cette loi stupide et liberticide. Et de grâce ne parlez plus d’écologie ce n’est de cette manière que vous résoudrez le problème avec un impôt de plus.
Mon mépris est à la hauteur de votre arrogance

47.Posté par M Blanc le 09/03/2015 13:47
Tous ces politiques ne font que détruire doucement notre démocratie en ouvrant la porte en grand au FN.
Ils s'en foutent, ils toucheront toujours leurs indemnités, à vie... sans payer d'impôts.
Koulibali n'a pas frappé au bon endroit, mais eux sont bien mieux protégés, à nos frais.

48.Posté par Garrigues le 09/03/2015 14:03
Monsieur le Député,
Tout à été dit plus haut.
Vous allez faire couler l'industrie nautique et une partie de l'industrie du tourisme en general.
Tout ca pour percevoir une taxe qui sera plus chere a collecter que ce qu'elle ne sert de recette.
De plus on participe grandement, à hauteur de 37 millions d'euros, via la DAFN a la protection du littoral, et nous devrions encore payer ?
C'est un impot et pas une redevance car aucun service en retour. Vous parlez des equipes dans les ports au service des palisancier, mais ce sont les places journalieres et annuelles qui paient ces equipes, ce n'est pas un puits sans fond allimentés par la mairie du coin !!!

160 € la journée de mouillage ca vous fait sourire ? ca montre bien là votre mepris des gens qui vous ont élus !!!! un politique quoi, et apres vous pleurez à l'idée de perdre les prochaines elections ? Ne vous y tromper pas, vous creusez votre propre tombe !!!

49.Posté par Guy Leroy le 09/03/2015 14:13
Ignorance, mépris et démagogie voila l'impression que m'a laissé votre intervention à l'assemblée. L'alibi de la préservation de la nature ne tient pas à l'examen car faire payer ne protégera pas la nature. Et puis pourquoi seulement les plaisanciers alors que ces aires marines sont autrement plus utilisées par des non-plaisanciers. On n'en peut plus de payer sans fin pour vos privilèges. Une nouvelle révolution nous guette. Mais c'est un peu après moi le déluge tellement vous paraissez irresponsable.

50.Posté par Anterak le 09/03/2015 14:16
Monsieur le Député,

je vous invite également à revoir votre copie pour les mêmes raisons que celles citées par nos concitoyens ci-dessus. La raison la plus évidente est que vous n'allez pas empêcher la destruction des fonds marins, car les propriétaires des mégas yachts auront toujours l'argent pour payer leur mouillage et leurs ancres, malgré la taxe qu'ils auront acquitté, ne slalommeront pas entre les possidonies. Pourquoi ne pas investir sur des corps morts ? C'est une bonne idée, beaucoup plus facile à mettre en oeuvre plutôt que de prendre en otage toute la filière de la plaisance française, comme vous le faites et pénaliser des milliers de gens qui ne roulent pas sur l'or comme vous avez l'impression de penser ...

1 2 3 4 5
Nouveau commentaire :

Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives