Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   
Le récent sommet européen a été salué comme un grand succès. A y regarder de plus près, on ne voit vraiment pas en quoi consiste ce fameux succès. D’abord, le sommet n’a pas permis d’accoucher d’un texte d’accord, il s’est borné à définir quelques principes qui pourraient permettre la rédaction d’un « traité simplifié », dans quelques mois.
 
Ce que l’on sait déjà de cet hypothétique traité simplifié a d’ailleurs de quoi inquiéter :
-         en fait de simplification, il s’agira de rajouter quelques dizaines de pages à un ensemble de traités qui en représente déjà plus d’un millier
-         s’agissant des règles de majorité, il est envisagé un dispositif qui pourrait commencer à être mis en application au début de l’année 2019
-         il n’y aura évidemment pas de ministre des affaires étrangères de l’Europe, puisqu’il n’y a pas de politique étrangère européenne, mais il y aura un haut représentant, parfaitement inutile, très grassement payé, et qui pourra se promener de par le monde sans pouvoir ni influence mais aux frais du contribuable européen
-         pour le reste, comme d’habitude, le parlement n’a pas le pouvoir de voter la loi, ni le budget, ni de contrôler l’exécutif lequel est toujours constitué d’une commission de fonctionnaires irresponsables.
 
Depuis 2000 ans, l’Europe a vécu unie plus de la moitié du temps dans un cadre impérial et le reste du temps, les pays européens ont souvent su, malgré les guerres et les disputes, coordonner leurs actions. Le XXème siècle avec les deux guerres mondiales, l’émergence des Nations Unies, dans lesquelles l’impuissance le dispute à la corruption, et l’Union européenne qui ne cesse de reculer, ramène l’Europe à la situation précédant l’émergence de l’Empire romain…
 
Il y a 2000 ans en effet, l’Europe impériale, de la Palestine au nord de l’Angleterre et du Portugal à la Roumanie, en passant par l’Afrique du Nord et l’Egypte, connaissait la même monnaie, la même organisation administrative, la même langue officielle, et la même largeur des routes impériales.
 
Elle avait aussi un drapeau unique figurant un aigle et les lettres SPQR (senatus populusque romanus : Le Sénat et le peuple romain) tandis que le sommet européen vient de décider la suppression du drapeau à étoiles qui représentait, paraît-il, l’emblème de la commission administrative de Bruxelles. Décidément, il n’y a pas de quoi pavoiser !

Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 27/06/2007
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives