Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

PADDUC du tout !

28/04/2009

Un internaute commentateur me fait remarquer que ce dernier ne comporte aucun article relatif au PADDUC, c'est-à-dire au fameux plan d'aménagement et de développement durable de la Corse.

S'il est vrai que mon blog n'en parle pas, il n'en demeure pas moins que je n'ai cessé d'en parler depuis... une vingtaine d'années !

Pour l'essentiel, je pense que l'actuel PADDUC, même dans sa version révisée, est parti du principe qu'il fallait ouvrir plus de terrains à la constructibilité que la loi, notamment la loi littoral, n'en autorise aujourd'hui et je considère que c'est une erreur profonde.

Il me semble en effet évident qu'avec nos mille kilomètres de côtes et notre très faible population, les possibilités d'extension d'urbanisation, y compris sur le littoral, dans le strict cadre de la loi, sont largement suffisantes pour plusieurs décennies.

Je pense, au contraire, qu'il est indispensable d'augmenter encore considérablement le domaine du conservatoire du littoral en Corse et j'ai depuis plus de dix ans proposé un objectif de 50% du linéaire côtier.

Par ailleurs, il faut bien gérer ces espaces protégés et le Département de la Haute-Corse s'est efforcé d'y contribuer depuis quelques années, en étroite liaison avec le conservatoire du littoral et sous la supervision de mon collègue et ami François Orlandi, succédant à Dominique Cervoni, dans cette tâche.

Cependant, tout n'est pas mauvais dans le PADDUC, loin de là et il est même dommage qu'une très mauvaise orientation au départ ait irrémédiablement compromis toute chance de consensus pour un plan qui a sans doute nécessité beaucoup de travail de bonne qualité.

Le Conseil général de la Haute-Corse a examiné le PADDUC dans le cadre d'un débat constructif où apparaissaient tout à la fois un désaccord profond sur la vision du développement du littoral corse et la reconnaissance de la qualité du travail dans un contexte difficile.

Il apparaît aujourd'hui clairement que le PADDUC doit être repensé en partant de l'idée que la principale richesse de la Corse est son environnement et que c'est autour de la mise en valeur de cette richesse qu'il faut concevoir notre développement.

Ce débat n'est pas une affaire de personne ni même de majorité et il faudra bien dégager un consensus intelligent sur le développement à moyen et long terme de notre île.

Dans ce cadre, les rumeurs et les ragots, les accusations infondées n'ont pas leur place : pour être clair, les lotissements de Camille de Rocca-Serra ont été autorisés depuis bien longtemps dans le respect de la loi littoral, la famille de M. Santini à Calvi n'a aucun besoin de PADDUC pour poursuivre dans le respect de la loi une très importante entreprise de camping, tandis que M. Polvérini et sa famille ont strictement respecté les lois en vigueur en matière de sentiers du littoral et enfin il serait temps d'examiner sans procès d'intention ni malveillance le projet de construction d'une école sur la Marana, à l'initiative de la mairie de Borgo, laquelle contribue depuis pas mal de temps à la protection de l'environnement, soit directement, soit dans le cadre du syndicat de la Marana.

Je le dis et je le répète : les élus de la Corse sont parmi les plus protecteurs de France et il est assez exaspérant de lire de la part de quelques journalistes de la presse parisienne, qui ont leurs habitudes dans de somptueuses villas construites d'ailleurs les pieds dans l'eau de notre littoral, des articles venimeux qui sont au journalisme ce que les procès en sorcellerie furent autrefois pour la recherche scientifique.




Commentaires (3) | Rédigé par Paul Giacobbi le 28/04/2009
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives