Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Ce qui fonde la République, c'est l'absence de distinction de race ou de religion.

Madame Rachida Dati est un ministre comme les autres, elle ne représente pas un segment de la population, elle n'est pas ministre parce qu'elle est d'origine marocaine ou peut-être de confession musulmane mais parce qu'elle a été choisie démocratiquement.

Que son histoire personnelle puisse intéresser, voire que sa capacité à monter dans un ascenseur social pourtant incroyablement bloqué dans notre pays puisse forcer notre admiration, elle doit néanmoins être traitée comme les autres ministres.

Et s'il était scandaleux de s'intéresser plus à elle qu'à d'autres au motif que sa religion ou que ses origines faisaient de sa nomination une nouveauté, il est tout aussi discriminatoire et déplacé de s'abstenir de la critiquer en tant que ministre pour ne pas encourir le reproche de racisme.

Quand Madame Condoleezza Rice ou le général Colin Powell ont successivement accédé au poste de secrétaire d'État, qui est à peu près la première responsabilité diplomatique au monde, ce n'était pas parce qu'ils étaient noirs mais parce qu'ils avaient toutes les qualités pour assumer cette responsabilité.

Et dans la vie politique américaine, il me semble que personne n'a critiqué la couleur de leur peau mais que personne ne s'est non plus censuré dans la critique sous prétexte de la couleur de leur peau.

Il y a une forme sournoise et perverse de racisme dans cette attitude faussement respectueuse et ignoblement condescendante qui consiste à dire qu'il ne faut pas attaquer la ministre Dati.

Ses origines et sa carrière l'honorent, parvenue où elle est, elle doit être traitée comme les autres, ni plus, ni moins que si elle s'appelait Jean Dupond. Ignoblement attaquée pour ses origines, sournoisement protégée pour la même raison, elle ne méritait ni cet excès d'honneur, ni cette indignité, elle n'est pas le quota « beur »du gouvernement mais un ministre de la République.








Commentaires (2) | Rédigé par Paul Giacobbi le 18/07/2007
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives