Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Mistral perdant

19/11/2014
(Source : Marine nationale)
(Source : Marine nationale)
La France bénéficie d’un colossal contrat de construction de navires de guerre appelés « Mistral » qui prévoit de livrer deux de ces navires à la Russie pour le prix d’environ 1,2 milliards d’euros.
Comme l’a rappelé il y a quelques semaines le ministre des affaires étrangères, les contrats doivent être respectés (« pacta sunt servanda ») et la France devait livrer le premier de ces navires à la Russie.
Au cours d’une réunion internationale et face aux remarques acerbes des uns et des autres, qui voient dans cette affaire un bon prétexte de faire perdre à la France la place de choix qu’elle occupe dans le monde de l’industrie de l’armement, le président de la République a réagi à chaud, indiquant que la France ne livrerait pas le premier de ces navires compte tenu des circonstances de tensions internationales en Ukraine.
S’en est suivi comme d’habitude une série de communiqués contradictoires, pour ne pas dire byzantins, affirmant que le contrat n’était pas rompu même s’il n’était pas respecté quant à la date de livraison, que les conditions n’étaient pas réunies mais qu’elles pourraient l’être bientôt.
Nous avons donc assisté à une production massive de bouillie pour les chats au sens figuré en telle quantité que serait-elle arrivée sur le marché au sens propre, aurait constitué une concurrence tout à fait déloyale pour la marque « Ron-Ron », autrefois spécialisée dans l’alimentation des petits félins.
J’ai déjà relevé que nos loyaux partenaires et, en particulier, nos bons voisins d’outre-Rhin, demandaient à la France de ne pas livrer les navires Mistral à la Russie mais se servaient de cette rupture unilatérale du contrat pour dissuader l’Inde d’acheter des avions militaires « Rafale » à la France.
Le gouvernement russe a mis en demeure la France de livrer dans les quinze jours, à compter de la date contractuelle, le premier navire, indiquant que, passé ce délai, il considérait que son droit à indemnités était ouvert.
Ces navires ne sont nullement utiles dans l’éventualité d’un conflit armé entre la Russie et l’Ukraine : il n’est nul besoin pour l’armée russe de passer par la mer pour envahir l’Ukraine quand elle peut le faire très commodément par voie terrestre.
Le navire Mistral est, par ailleurs, un porte-hélicoptères qui a une vocation beaucoup plus logistique qu’offensive.
Nous sommes donc ici dans le symbole et la France est obligée de reconnaître qu’il faut bien vendre des armes à ceux qui, le cas échéant, seraient prêts à s’en servir, ou tout au moins, à menacer de le faire, faute de quoi notre marché potentiel d’exportation de matériel de défense risque de se limiter à la Confédération helvétique, au Vatican, à la République de San Marino et, peut-être, à la Principauté d’Andorre…
Plutôt que d’annoncer une décision qui d’ailleurs n’a pas été tout à fait prise, la France aurait mieux fait de demander à nos partenaires, si vertueux, s’ils étaient tous prêts à renoncer à toute livraison d’armes vers tout pays en tension ou s’ils étaient disposés à indemniser la France de toutes les pertes directes et indirectes de la rupture unilatérale de ce contrat qu’ils exigent de la France.
Un homme politique français de grand talent et qui était lui capable de grandes décisions, de clairvoyance et de courage, est mort malheureusement des suites d’un accident qu’il avait provoqué lui-même en manipulant une arme de poing. C’était, dans un temps déjà si lointain où la France était gouvernée, Léon Gambetta.
Il semble que, bien qu’il n’ait pas encore succombé à ses maladresses successives lorsqu’il manipule les outils toujours dangereux du pouvoir, le président de la République se soit fait une spécialité de se tirer des balles dans le pied.
Le problème, c’est que, chaque fois, il blesse la France en espérant qu’elle ne finira pas par succomber aux effets de ses blessures réitérées.

Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 19/11/2014
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives