Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   
Médiateurs, autorités, observatoires, conseils…
Chaque année, pour ne pas dire chaque semaine, voit la création d’un nouveau bidule administrativo-participatif doté de pouvoirs plus ou moins définis sur un domaine de compétence relativement précis.
Une observation de la zoologie administrative française contemporaine permet de distinguer parmi les très nombreux spécimens de ces animaux indéterminés, quatre catégories principales : les autorités, les observatoires, les médiateurs et les conseils.
Le corps de la bête est toujours sur le même modèle : une tête très âgée, parfois à la limite de la dégénérescence sénile, accolée à un corps juvénile, sans véritable expérience de la vie réelle… c’est-à-dire que l’on met à la tête de ces bestioles proliférantes, des personnes parfaitement honorables mais ayant depuis longtemps dépassé l’âge légal de la retraite tandis que le corps de ces organismes est formé de jeunes gens et de jeunes filles, frais émoulus de l’enseignement supérieur, sans compétence particulière sur le sujet, sans formation adaptée et sans expérience à laquelle se référer.
Il s’agit généralement de reprendre sous un autre nom des tâches déjà exercées par les institutions de droit commun, lesquelles continuent d’ailleurs d’exercer leurs fonctions voire d’accomplir l’essentiel des tâches pourtant dévolues par la loi à la nouvelle création.
Dans un certain nombre de cas, le nouveau-né meurt très vite après que sa naissance ait été annoncée à grand renfort de publicité. Souvent, il change de nom avant l’âge de raison, parfois enfin il est remplacé en bas âge par un jumeau que l’on rebaptise aussitôt.
L’indice de satisfaction du public, l’appréciation que l’on peut porter objectivement sur l’utilité de ces micro-machins est universellement défavorable : au mieux ils ne font rien, au pire leur activité est toxique, la plupart du temps ils agissent en doublon de ce qui existe déjà et fonctionne de manière plus pertinente, dans tous les cas, c’est une gabegie.
Il arrive que dans un souci mal placé de solennité, comme pour frapper les esprits faibles de nos concitoyens, on dote ces nouveau-nés ou ces éternels adolescents d’un qualificatif tendant à les élever ou à les élargir. Il s’agit en quelque sorte d’une caste supérieure qui donne droit suivant les cas à l’adjectif « haut » ou à la reconnaissance de son caractère « général ».
Ces adjectifs sont particulièrement inappropriées puisque depuis la Révolution française, on n’admet plus que l’on puisse être « haut et puissant seigneur » tandis qu’il est stupide de qualifier de « général » des organismes qui, par définition, ont une vocation spécialisée.
Ces créations compulsives reposent du deux motivations à peine dissimulées : amuser la galerie et placer des copains.
Tout cela coûte beaucoup d’argent, alourdit la mécanique déjà complexe et poussive de la République, abaisse le citoyen au rang de manant ou de trouffion face à tant de « hauts » et de « généraux », contribue à ruiner nos finances et n’a d’autre utilité que d’alimenter la médiocre chronique des petits scandales ordinaires.
Une étape ultime de ce processus délétère se profile dans nos lieux politico-administratifs. Il manque encore, pour couronner cette cathédrale baroque flamboyante, une manière d’organisme suprême, une sorte de reine-mère secrétant le nectar digne de nourrir les dieux de la France d’en haut : un « haut conseil général de l’observation, de la médiation et de l’autorité ».
Je ne pense pas en tout cas qu’il faille attendre du nouveau « haut conseil stratégique de la dépense publique » qu’il donne dans tout ce fatras le coup de balai général qui s’impose car il s’abstiendra bien entendu de balayer devant sa porte.

Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 17/01/2014
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives