Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   
Ma liberté de parole
Ma liberté de parole m’a souvent amené à dénoncer les lacunes de l’application des lois dans notre île lorsqu’il fallait les déplorer.
Aujourd’hui, cette même liberté me conduit à témoigner que l’action des forces de l’ordre, sous votre autorité et celle, indépendante, de la justice, s’exerce dans notre île avec une rigueur appropriée, juste, en un mot républicaine.
Ce qui s’est passé dimanche soir dans le village de Saint-André-de-Cotone nous rappelle cruellement que l’on ne peut tout prévenir, mais qu’il est essentiel d’employer les moyens nécessaires pour parvenir dans cette affaire, comme dans les autres, à la manifestation de la vérité.
Les Corses réprouvent la violence autant que les autres Français, et leurs élus savent en débattre avec courage ; ils l’ont encore fait il y a quelques semaines à l’Assemblée de Corse.
Par ailleurs, même s’il se dit que le crime perpétré à l’encontre d’un proche collaborateur, d’un élu fidèle et surtout d’un ami très cher, au soir d’une journée électorale, dans la maison même de la victime, sous les yeux de son épouse, pourrait être un avertissement qui me serait destiné, je ne changerai ni les habitudes d’une vie réglée et limpide ni les orientations de mon action politique, et je continuerai de m’exprimer ici et ailleurs en toute liberté.
Il a fallu d’abominables tragédies pour que la République étende enfin ses lois à la Corse avec égalité et fermeté. Il faudra encore du temps, du courage et de la continuité dans l’action pour ramener la Corse au cœur de la République.
Bien des choses avancent en Corse : le rattrapage de notre retard historique en équipements publics grâce à la contribution décisive de l’État, l’émergence d’une économie moderne, parfois à la pointe du progrès, la mise aux normes les plus exigeantes de nos filières de production, l’affirmation concrète de l’autonomie politique que la loi nous a conférée et qui devra encore progresser, la promotion d’une identité linguistique et culturelle dont nous avons lieu d’être fiers.
Ce sont à ces progrès que la violence s’oppose, avec le silence de la peur qui l’entoure et tous les faux-fuyants qui prétendent la justifier. Ce sont ces progrès que notre République rendra possibles, monsieur le Premier ministre, en continuant d’agir avec détermination.

Commentaires (7) | Rédigé par Paul Giacobbi le 23/03/2011
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives