Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   
Lors de la nomination du général américain Petraeus en Afghanistan, bien peu de commentateurs français ont pu remarquer qu'il s'agissait peut-être d'une revanche posthume et inattendue du colonel Galula.

David Galula était un officier français né en Tunisie qui, après avoir fait Saint-Cyr en 1940, et avoir été radié des cadres en 1941, victime des honteuses persécutions antisémites de Vichy, avait pu rejoindre l'armée d'Afrique et participer à la libération de la France puis à la guerre d'Indochine et, enfin, à celle d'Algérie.

Parti en 1962 aux Etats-Unis où il était devenu chercheur à l'université de Harvard, il avait publié deux ouvrages remarquables sur la conduite de la guerre contre-insurrectionnelle, écrits en anglais, restés inconnus en France alors même qu'ils constituent la base de l'enseignement de la guerre contre-insurrectionnelle à Westpoint.

Or, il a fallu l'intervention du général David Petraeus pour que les oeuvres de Galula soient traduites et publiées en français.

Par ailleurs, le général Petraeus a mené, selon les enseignements de Galula, son action en Irak, laquelle a tout de même permis de contribuer à redresser la situation après des années d'un conflit sanglant.

Il nous reste à espérer que l'enseignement d'un colonel français, assimilé remarquablement par un général américain, permettra d'améliorer la situation en Afghanistan. Je suis à ce titre fort peu optimiste car l'Afghanistan est probablement, compte tenu de ce qu'est le pays et les caractéristiques du peuple pashtoune, le terrain militaire le plus difficile du monde.

Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 13/07/2010
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives