Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   
Le veau d'or, de Damien Hirst.
Le veau d'or, de Damien Hirst.
La création monétaire favorise surtout les banques et enrichit les 1% les plus favorisés de la population au détriment des 99% restants. Voilà une idée que j'exprime depuis plusieurs années.
Ces 1%, saturés d'argent qu'ils sont dans l'incapacité de consommer (un proverbe africain dit que l'on ne peut faire plus de trois repas par jour, ni dormir dans plusieurs lits à la fois...) consacrent ces surplus à jouer sur les marchés, à spéculer sur l'immobilier, à surévaluer les oeuvres d'art etc...
Ces utilisations ont en commun de ne susciter pratiquement aucun effet de relance, de stimulation de l'activité et de l'emploi puisqu'il ne s'agit pas de créer de la richesse, mais seulement de conférer une valeur supérieure et d'ailleurs volatile à ce qui existe déjà.
Un récent article du Wall Street Journal, écrit pourtant par un gestionnaire de hedge fund, M. Spitzanagel, décrit avec lucidité cette situation, rappelant qu'elle est critiquée depuis longtemps par des économistes, de David Hume à Friedrich von Hayek, en passant par Ludwig von Mises.
Faisant référence à ce que disait Keynes à propos de la distribution d'argent par la puissance publique, l'auteur constate : « The Fed doesn't expand the money supply by dropping cash from helicopters. It does so through capital transfers to the largest banks ».
J'ai déjà souligné à plusieurs reprises dans ce blog pourquoi il était scandaleux que la Banque Centrale Européenne intervienne indirectement pour assurer le refinancement des Etats de la zone euro.
A la différence de la Fed ou de la Banque d'Angleterre, la BCE ne souscrit pas directement aux émissions de bons du Trésor mais refinance massivement les banques commerciales -1000 milliards d'euros ont été récemment prêtés à 1% et à trois ans - permettant à ces dernières de souscrire des bons du Trésor au taux moyen de 5%...
On voit donc que la situation, déjà scandaleuse d'injustice aux Etats-Unis, est, dans la zone euro, bien plus critiquable encore.
Combien de temps durera encore cette dictature dogmatique qui enrichit sans cesse 1% de la population de nos pays et laisse pour compte 99% ?
Cette « orthodoxie » qui favorise les plus fortunés au détriment de tous les autres me fait penser à cette remarque de John Maynard Keynes : « Practical men, who believe themselves to be quite exempt from any intellectual influence, are usually the slaves of some defunct economist ».

Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 24/04/2012
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives