Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Les Indes galantes

20/10/2009

Ce n'est pas une référence à l'opéra de Jean-Philippe Rameau mais plutôt une remarque tirée des rapports complexes mais pas toujours dénués de courtoisie et de compréhension du gouvernement français et des sidérurgistes indiens qui représentent aujourd'hui la quasi totalité de cette activité dans notre pays.

On se souvient que le groupe Arcelor Mittal a finalement décidé de fermer son site de Gandrange malgré la pression du gouvernement et du Président français.

Nous apprenons, à l'occasion d'une visite du chef de l'Etat à Gandrange qu'un contrat de 300 millions d'euros vient d'être signé entre Réseau Ferré de France (RFF) et le « sidérurgiste anglo néerlandais Corus » installé à Hayange dans même département de la Moselle.

Il s'agit de la fabrication de rails de très grande longueur pour les TGV dont le financement se fera dans le cadre du futur grand emprunt.

Ce que notre presse économique et générale semble ignorer, c'est que le « groupe sidérurgiste anglo-néerlandais Corus » a été racheté depuis plus d'un an par le groupe indien Tata et constitue aujourd'hui la division Europe de « Tata Steel », filiale sidérurgique de Tata.

Ainsi, la sidérurgie mosellane pourra-t-elle, sur l'intervention du chef de l'Etat, compenser la défaillance à Gandrange de Lakshmi Mittal, Marwari né au Rajasthan et élevé à Kolkata, par l'intervention à Hayange d'un autre indien, Parsi né à Mumbaï.

Ce n'est pas le seul lien de la France avec la sidérurgie indienne qui représente d'ailleurs aujourd'hui, à travers notamment ces deux groupes une partie dominante de la sidérurgie mondiale, puisque le précédent patron de Tata, J.R.D. Tata, était né à Paris d'une mère française, qu'il était francophone de naissance, avait fait ses études et son service militaire en France et est enterré depuis 1993 au Père Lachaise à Paris, tandis que Lakshmi Mittal a fait ses études à Kolkotta au très chic collège La Martinière du nom d'un certain Claude Martin qui, ayant fait fortune aux Indes au XVIIIème siècle et n'ayant pas d'enfants, avait laissé son immense fortune à de remarquables institutions éducatives à Lucknow, Kolkata et Lyon qui l'avait vu naître.

Compte tenu de mes liens avec l'Inde, je suis plutôt heureux de ce que cette tradition franco-indienne se poursuive encore de nos jours !




Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 20/10/2009
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives