Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Nos modernes précieuses ridicules, qui se réunissent à l'académie française, viennent une fois de plus de s'illustrer.


Par des cris d'orfraie et des râles rauques, cette noble maison du troisième âge vient une fois de plus de s'illustrer en condamnant la reconnaissance constitutionnelle, pourtant fort timide, de nos malheureuses langues régionales,

Il paraît que les langues régionales menacent cette langue française dont ces augustes aïeux se croient les défenseurs.

L'Académie française s'est illustrée en fermant sa porte par trois fois à Honoré de Balzac, n'a jamais pense à admettre en son sein Marcel Proust, Louis Ferdinand Céline et tant d'autres, et s'attache à terminer pour le prochain siècle un dictionnaire qui sera à la langue française d'alors ce que les pensées de Confucius sont au chinois contemporain.

Le dernier rempart de la langue de Molière face à la barbarie linguistique serait la fortification du Quai Conti ! Pauvre France !

Les grands écrivains français ont toujours eu la passion, l'émerveillement de la diversité linguistique. Villon a utilisé l'argot de son temps et plus spécialement celui des pires voyous qu'il fréquentait, Molière utilise les patois régionaux et les parlers populaires et même le sabir des ports de la méditerranée non pour les moquer mais pouyr enrichir son expression et mieux identifier ses personnages.

Victor Hugo a fait une magnifique théorie de l'argot qu'il qualifie de langue et dont il montre toute la richesse.

Les rares écrivains français qui écrivent encore littérairement, pratiquent leurs créoles et enseignent dans les universités newyorkaises !

Sans vouloir faire du passé table rase, il faut bien savoir se débarrasser des vielles choses inutiles ou encombrantes : transformer le quai Conti en musée du ridicule à la française serait un grand service à rendre aux langues de France et à la littérature française.

On pourrait entre autres, dans ce musée consacrer une magnifique salle à chacun des grands écrivains qui ont contribué à la richesse de notre langue et que la noble académie n'a jamais voulu admettre en son sein : il y en a tant que le vaste quai Conti n'y suffira pas, il faudra agrandir !





Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 17/06/2008
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives