Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   
Longtemps inspirés par le Général de Gaulle qui regardait l’Orient compliqué avec des idées claires les gaullistes étaient pro Arabes.
 
Aujourd’hui avec une France totalement décrédibilisée dans le monde Arabe, qui a perdu pied depuis bien longtemps au Liban et qui a complètement raté l’occasion de se rapprocher des grands pays émergents d’Asie, la diplomatie UMP, en rupture totale avec le gaullisme, s’est trouvée un nouvel allié au Moyen-Orient : l’Iran.
 
Lorsque Monsieur Douste Blazy indiquait : « l’Iran est un pays respectable et respecté qui contribue à la stabilisation des ses voisins » on pouvait penser que ce qui n’était pas l’expression d’une sensibilité politique mais une preuve supplémentaire de son insondable ignorance des réalités internationales.
 
Lorsque le Ministre –Candidat- Président s’offusquait de ce que Mme Royal s’opposait à l’accession de l’Iran à des transferts de technologie nucléaire civile, conformément à l’esprit et à la lettre du traité de non prolifération nucléaire, on pouvait penser que c’était par esprit de rivalité électorale et là aussi par une ignorance à peu près totale, de la géopolitique, qu’il prenait ainsi la défense du droit au nucléaire pour l’Iran.
 
Mais lorsque Jacques Chirac déclare publiquement « qu’il ne serait pas dangereux que l’Iran possède une bombe atomique, car ses dirigeants ne s’en serviraient jamais par peur des représailles immédiates et parce que techniquement tout missile iranien qui serait lancé serait détruit avant même d’avoir franchi les frontière de l’Iran », on voit bien que l’UMP, du Président en place au prétendant en passant par les acolytes est publiquement et officiellement favorable à l’accession de l’Iran au rang de puissance nucléaire militaire.
 
On s’étonnera et on s’inquiètera de ce qu’un chef d’Etat aussi expérimenté puisse croire qu’il est très facile de détruire un missile dans les quelques instants qui suivent son lancement ce qui est évidemment une grande sottise sur le plan technique.
L’état actuel des techniques ne permet pas une telle sécurité et on se demande pourquoi s’il en était autrement les japonais s’inquiéteraient des missiles sud coréen nucléaires, les indiens de ceux des pakistanais et réciproquement.
 
Quant à l’argument tiré de l’effet dissuasif des représailles, il suppose que l’Iran soit dirigé aujourd’hui par des personnes raisonnables, soucieuses avant tout du bien être et de la sécurité de leur peuple et sans qu’aucune folie mystique ne puisse les amener à commettre l’indicible et l’irréparable au nom de Dieu.
 
Compte tenu de ce que sont les Ayatollahs iraniens d’aujourd’hui et les doctrines à la fois imprégnées de fanatisme religieux et d’antisémitisme national socialiste de Monsieur Ahmadinedjad, je suis persuadé du contraire.
 
Dans le débat politique d’aujourd’hui, sur le plan de la diplomatie vis-à-vis de l’Iran, les choses sont claires. Ségolène Royal considère comme l’ensemble de la communauté internationale à l’exception peut-être de la Corée du Nord et du Venezuela, que l’Iran par son comportement irrespectueux du Traité de non prolifération, a perdu le droit de bénéficier des avantages de ce traité en matière de nucléaire civil.
 
L’UMP considère que quelque soient ses fautes dans le cadre du Traité, l’Iran conserve son droit à un transfert de technologie nucléaire, et que si d’aventure ce pays était doté d’une arme nucléaire cela ne présenterait aucun danger.
 
Il ne s’agit pas d’une maladresse mais d’une faute, il ne s’agit pas d’une erreur d’appréciation mais d’une folie, il y va de la crédibilité mais aussi de la sécurité de notre pays.

Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 01/02/2007
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives