Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Le troisième homme

27/09/2011
Le troisième homme
Depuis dimanche, les médias ne parlent que du Sénat et je peux le comprendre.
Ce que j'ai du mal à accepter, c'est que la télévision, la radio et les journaux aient passé leur temps à confondre les chiffres de la majorité absolue qui est passée de 160 à 180 avec des niveaux intermédiaires nombreux pour que finalement un petit malin observe finement qu'il y a 348 sénateurs, que 348 divisé par deux font 174 et que donc la majorité absolue commence à 175...
Pour des gens qui ont passé la journée et probablement la nuit au Sénat, il n'était pourtant pas difficile de demander à un huissier ou d'aller à la bibliothèque pour s'enquérir du chiffre magique qui leur aurait permis pour une fois, à défaut de dire des choses intelligentes, de donner au moins un nombre exact.
Le lendemain, les mêmes ont glosé sur l'élection du président du Sénat. Ils ont mis plus de vingt-quatre heures à comprendre que la gauche ayant 177 sièges au moins, elle pouvait difficilement rater la présidence du Sénat, d'autant qu'il n'est pas du tout certain que, de l'autre côté, Gérard Larcher fasse le plein des 171 autres sénateurs qui ne sont pas exclusivement UMP puisque s'y trouvent également des centristes de tous ordres et des Modem.
Une fois qu'il est apparu clairement que Jean-Pierre Bel serait élu président du Sénat, notre presse infatigable a trouvé le moyen d'affirmer de manière compulsive que le sénateur de l'Ariège serait le deuxième homme de la République dans l'ordre de préséance nationale.
Il se trouve que s'ils avaient consulté le décret n°89-655 du 13 septembre 1989 qui précise l'ordre de préséance nationale, ils auraient pu constater que le président du Sénat vient en troisième position et non pas en seconde puisque le Premier ministre occupe cette place tandis que la première appartient évidemment au président de la République.
Enfin, s'agissant toujours du Sénat, on a vu refleurir la contre vérité selon laquelle le mode de scrutin du Sénat serait le plus injuste du monde en ce qu'il favoriserait massivement les zones rurales au détriment des zones urbaines. Il est vrai qu'il y a un sénateur de la Lozère et douze à Paris ce qui est évidemment inégal. Cependant, je ferais remarquer encore une fois qu'il y a deux sénateurs dans le Wyoming aux Etats-Unis, Etat qui fait moins de 500 000 habitants tandis que la Californie a aussi deux sénateurs pour une population près de cent fois supérieure puisqu'elle avoisine 40 millions d'habitants.
Tout celà n'est pas grave mais comme le disait l'écrivain français Paul-Louis Courier : « On écrit aujourd’hui assez ordinairement sur les choses qu’on entend le moins. Il n’y a si petit écolier qui ne s’érige en docteur. A voir ce qui s'imprime tous les jours, on dirait que chacun se croit obligé de faire preuve d'ignorance ».


Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 27/09/2011
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives