Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Le baril de pétrole s'apprête à passer le cap des 130 dollars alors même que les pays producteurs accumulent les stocks de beaucoup de produits pétroliers et, en particulier, de produits pétroliers lourds.

Le marché du pétrole est extraordinairement complexe. D'abord parce qu'il existe des dizaines de catégories de pétrole brut, depuis les plus légers, les plus faciles à raffiner, jusqu'aux produits les plus lourds, les plus longs et coûteux à raffiner.

Ensuite, parce qu'entre le puit de pétrole et le réservoir de votre véhicule, il y a toute une série d'opérations techniques (raffinage en particulier), logistiques (transport, stockage), commerciales et financières (distribution, négociation des contrats d'approvisionnement, profits hallucinants des compagnies, corruption à tous les niveaux) et enfin fiscales (80% du prix à la pompe dans un pays comme la France).

Et dans ce jeu-là, il y a toujours au moins un grand perdant, le consommateur final, de grands gagnants, les compagnies pétrolières et les Etats, et il y a ceux qui gagnent plus ou moins et qui perdent parfois, les transporteurs, les petits distributeurs finaux, c'est-à-dire les stations services mais aussi les raffineries.

Actuellement, comme le prix du pétrole brut a augmenté deux fois plus vite que les prix des produits raffinés, les raffineries ont réduit leurs marges de moitié sur un an, ce qui les pousse à ne pas investir, voire à réduire leur activité, ce qui explique pour partie, paradoxalement la spéculation effrénée sur les produits légers faciles à raffiner et le sur-stockage des produits bruts plus lourds. Par ailleurs, dans un monde où les financiers internationaux spéculent sur tout, il devient assez naturel qu'ils spéculent aussi sur le pétrole contribuant à faire monter de manière de plus en plus irrationnelle les prix.

Enfin les compagnies sont tellement riches qu'elles peuvent se permettre d'assurer la sécurité à moyen terme de leurs approvisionnements en concluant à n'importe quel prix des contrats pétroliers sur plusieurs années.

L'augmentation du prix du pétrole a quelques effets positifs comme de nous obliger à rechercher d'autres sources d'énergie mais il a aussi d'immenses inconvénients et il serait temps que nos brillants technocrates européens, plutôt que de lutter sans cesse contre les fromages et autres produits du terroir, se penchent un peu sur les vraies questions et en particulier sur celle-là !




Commentaires (3) | Rédigé par Paul Giacobbi le 21/05/2008
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives