Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   
La déclaration de M. Geithner sur le nouvel ordre économique mondial est remarquable à plus d'un titre. Il a en effet demandé que dans l'avenir aucun pays ne puisse avoir une balance de ses paiements courants excédentaire ou déficitaire de plus de 4% de son PIB.
En tout premier lieu, cette exigence est une reconnaissance tardive mais utile de ce qu'en définitive le déséquilibre structurel de la balance des paiements des Etats-Unis est la cause première et profonde de la crise actuelle. C'est ce que beaucoup d'économistes de talent avaient prévu dès les années 80 et que j'ai modestement résumé dans mes diverses interventions orales à l'Assemblée nationale et dans plusieurs notes écrites sur le sujet depuis 2007.
En second lieu, la proposition, même si elle paraît logique, consiste de la part d'un pays qui est en déficit de ses paiements courants depuis la guerre de Corée, au début des années 50, à exiger des pays structurellement excédentaires, comme la Chine, qu'ils limitent unilatéralement les effets positifs de leur vertu de manière à ce que les Etats-Unis puissent limiter les effets négatifs de leur laxisme.
De manière plus simple, il faut que ceux qui produisent plus qu'ils ne consomment deviennent plus dépensiers pour que ceux qui consomment plus qu'ils ne produisent bénéficient d'une amélioration de leur situation financière.
Troisièmement, cette position est d'autant plus remarquable que jusqu'à présent c'est la Chine qui, en achetant des bons du Trésor américain à bas taux d'intérêt et en absorbant, par l'extension de son commerce international, la demande de dollars sur les marchés internationaux, a largement permis aux Etats-Unis de vivre au-dessus de leurs moyens.
D'une certaine manière, M. Geithner est dans la situation d'un consommateur endetté qui accuserait sa banque de l'avoir abusivement soutenu, à cette différence près que pour les particuliers les banques pratiquent des taux usuraires dans ce cas-là tandis que la Chine consent aux Etats-Unis des taux extrêmement bas pour financer leur « découvert » vis-à-vis du reste du monde.
Je m'interroge enfin sur la portée de ce genre de suggestion. On ne voit pas très bien comment un pays pourrait être contraint de limiter ses exportations et d'augmenter ses importations. L'idée qu'une forte augmentation du cours de sa devise pourrait entraîner un rééquilibrage naturel de son commerce extérieur n'est même pas tout à fait exact puisque l'on a longtemps vu l'Allemagne améliorer notablement les performances de son commerce extérieur alors même que le cours du Mark augmentait.
Dans le cas de la Chine, immense producteur de confections textiles et de jouets par exemple, je ne suis pas sûr qu'une augmentation même importante du cours de sa devise entraîne une délocalisation inversée de ce genre de production. A l'inverse, l'augmentation du Renminbi aura plus vite et plus sûrement pour conséquence une diminution corrélative du coût des importations chinoises d'hydrocarbures qui sont aujourd'hui les premières du monde.
Il reste que la proposition de M. Geithner est tout simplement une diversion : elle consiste à dire que le vice structurel de l'économie américaine a pour origine la vertu structurelle des économies émergentes. C'est une manière intéressante sur le plan moral de présenter les choses, c'est aussi une manière remarquable d'éviter un débat sur les privilèges du dollar dans les échanges internationaux au point que l'on sait déjà qu'il ne sortira rien du G20, sauf à ce que de grands pays émergents mettent les pieds dans le plat et exigent de vraies réformes. C'est d'ailleurs ce qu'est en train de faire l'Union indienne qui menace très clairement de remettre en cause tout le système du G20.

Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 25/10/2010
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives