Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   
Le milliard de Sarkozy...
Le candidat-président a promis à la Corse, pour son très hypothétique prochain mandat, un milliard d'euros.
Il faut tout simplement rappeler :
que la loi de 2002 a prévu que la Corse serait dotée d'un programme exceptionnel d'investissement (PEI) permettant de financer 1,5 milliard d'euros sur quinze ans... soit 100 millions d'euros par an. Ce n'est donc pas une promesse de M. Sarkozy mais la simple exécution de la loi votée à l'initiative de Lionel Jospin.
Que pour alimenter la Corse en gaz, indispensable pour nous permettre de disposer de courant électrique, car les centrales de Lucciana et d'Ajaccio devront impérativement cesser d'utiliser du fuel lourd, il faut qu'EDF investisse dans un gazoduc et une barge de regazéification pour un coût de l'ordre de 500 millions d'euros.

Sauf à priver la Corse d'électricité dans quatre ans ou à ne pas appliquer la loi, il faudra donc bien que l'Etat, soit directement pour le PEI, soit indirectement à travers EDF, investisse en Corse un milliard d'euros.
Présenter cela comme un cadeau extravagant fait à la Corse à la veille des élections est à tout le moins tendancieux et mal venu.
Ceci étant, les grands nombres, les millions et les milliards, exercent une véritable fascination sur les français.
Sous la restauration, on parlait du « milliard des émigrés » pour protester contre cette indemnité accordée par le roi aux personnes dont les biens avaient été vendus au profit de l'Etat parce qu'ils avaient immigré pendant la Révolution. En réalité, ce n'était pas un milliard mais trois cent millions de rente viagère dont on ne versait pas le capital mais seulement l'intérêt aux bénéficaires, dont le plus important était Louis-Philippe d'Orléans, qui, fils d'un régicide, guillotiné sous la Terreur, avait fait partie du club des Jacobins avant d'émigrer...
Plus tard, on parlait avec envie du « million de M. Lafitte », célèbre banquier puis homme politique.
Enfin, comment ne pas évoquer « L'Enfant et les Sortilèges » de Ravel où l'on chante à un moment « millimètres, centimètres, décamètres, hectomètres, kilomètres, myriamètre
Faut t'y mettre, quelle fêtre! des millions, des billions, des trillions, et des frac-cillons! ».
Il en est du milliard de M. Sarkozy « donné » à la Corse, comme du milliard des émigrés ou des millions de Maurice Ravel, il se situe entre fantasme et réalité !

Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 17/04/2012
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives