Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   
Le divorce de la productivité et de l’emploi dans les sociétés développées
L’International Herald Tribune a publié il y a quelques jours un article remarquable de deux chercheurs du MIT (Massachussets Institute of Technology) qui démontre que, si la productivité n’a cessé d’augmenter aux Etats-Unis depuis 1947 et que la courbe de l’emploi privé a progressé parallèlement jusqu’en 2000 comme si les deux allaient de pair, un divorce très net s’est produit à partir de l’année 2000, la productivité continuant à progresser même dans la crise tandis que l’emploi privé ne progressait plus non pas à partir de la crise, c’est-à-dire à partir de 2007 mais dès l’année 2000.
Cette observation est fondamentale et très inquiétante. Sur le plan strictement économique, elle éclaire l’une des origines profondes de la crise, à savoir l’évolution d’une société dans laquelle les progrès de l’économie ne profitent plus au grand nombre entraînant une inquiétante séparation entre une petite minorité qui est capable de transformer le progrès technologique en profit tandis que la masse de la population n’arrive plus à suivre et se retrouve réduite à des emplois précaires, peu qualifiés et très mal rémunérés.
C’est d’ailleurs l’image concrète des métropoles des Etats-Unis dans lesquelles la société semble divisée entre une élite intellectuelle et fortunée et une masse de serveurs de bar, de promeneurs de chiens et de cireurs de chaussures, heureux de gagner 2 dollars de l’heure.
Il serait très intéressant de savoir si le même phénomène s’est produit en France et en Europe mais c’est malheureusement assez vraisemblable même si le système politique et social plutôt protecteur du vieux continent a sans doute permis, surtout en France, de maintenir par le secteur public et l’assistance sociale toute une catégorie de la population dans des emplois relativement indépendants de l’évolution technologique et encore rémunérés à un niveau décent.
Je préfèrerais évidemment que l’on débatte de ces véritables questions plutôt que de la nationalisation des hauts-fourneaux !

Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 19/12/2012

Commentaires

1.Posté par jjd le 20/12/2012 07:10
M. Le Député,

il est dommage que vous caricaturiez de la sorte les Etats-Unis. Comme tous les pays nous connaissons des problèmes et difficultés. Tout n'y est pas parfait, de tres loin, mais je vous convie a venir confirmer vos affirmations, que je pense erronées.

A propos de votre "post", Il semble que la classe politique mondiale, a quelques rares exceptions pres, ne souhaite pas comprendre qu'on ne peut pas "stocker" sa fortune. C'est bien beau de faire des profits mais c'est la transformation de ces profits en rentes qui est la cause du decrochage de l'emploi. Il fut un temps ou les profits se reinvestissaient dans l'innovation et la production, aujourd'hui on assiste plutot a une "Madoffisation" des profits avec le regard bienveillant des classes politiques. Quand M. Hollande souhaite aborder la question, on se moque de lui et de son taux a 75%, la solution est pourtant la, un revenu et une richesse maximale. "Use it or lose it".

Nouveau commentaire :

Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives