Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   
Il faut parfois rappeler, comme l'avait fait un jour Winston Churchill, que si un Parlement s'appelle ainsi, c'est parce que l'on doit y parler.
Il ne faut surtout pas reprocher à l'opposition de ne rien faire d'autre que de parler car elle n'a pas d'autre droit et il faut encore moins dénigrer la parole au Parlement surtout celle de l'opposition, car elle est véritablement ce qui nous permet de nous distinguer de la dictature.
Aujourd'hui, les députés d'opposition se sont vus amputés par une application maladroite et probablement erronée du Règlement d'une partie de leur temps de parole.
Un député de droite mais dissident, M. Daniel Garrigue, s'est vu privé, à tort incontestablement, du droit absolu qui était le sien d'un rappel au Règlement.
De telle sorte que ce qui était une petite manoeuvre d'obstruction de l'opposition, consistant à retarder de quelques heures le vote de la loi sur les retraites, est devenu une atteinte à la Constitution et aux principes qui pourrait être sanctionnée par le Conseil constitutionnel.
Comme beaucoup de collègues, j'ai le sentiment que l'initiative n'est pas venue du président Bernard Accoyer mais qu'il lui a été suggéré, probablement d'en haut, de réagir comme il l'a fait.
Il nous reste à espérer qu'une fois cet incident clos, il ne se reproduira pas et même que par quelques gestes de bonne volonté, nous pourrons revenir à un climat plus serein à l'Assemblée nationale.
En attendant, l'ambiance est devenue désagréable, la tension entre blocs antagonistes presque insupportable et tout ceci est préjudiciable à la démocratie.

Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 15/09/2010
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives