Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

De même que la grippe espagnole de sinistre mémoire n'avait été appelée ainsi que par le fait que le virus avait peut-être transité par un port espagnol, l'actuelle crise des Trésors publics, qui constitue une nouvelle phase d'une crise occidentale destinée à durer plus d'une décennie, n'a rien de spécifiquement hellénique même si sa première victime dans l'ordre chronologique a été le Trésor public grec.

Si la situation des comptes publics en Grèce n'est pas brillante, gardons-nous de nous en gausser car il n'existe, dans tout l'OCDE, aucune nation dont la situation financière publique l'autoriserait à se moquer de nos amis grecs.

Certainement pas en tout cas les Etats-Unis dont les déficits publics dépassent très largement les 10%, ni la Grande-Bretagne avec ses cent milliards de livres de déficit, ni la France bien sûr mais même pas la vertueuse Allemagne dont j'ai rappelé à plusieurs reprises la fragilité financière de ses Länder, dont la situation à cet égard est bien plus critique que celle de l'Etat de Californie ainsi que l'épée de Damoclès que représente pour l'économie allemande les presque mille milliards d'euros de créances quasi illiquides dans les banques allemandes.

La contagion de la crise grecque n'est donc qu'une question de temps et ce d'autant plus que les remèdes envisagés qui consistent en des cures d'austérité lancées dans la panique et le désordre n'auront pour effet que de détruire brusquement toute possibilité de croissance et aggraveront donc les déficits qu'elles prétendent combattre.


Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 25/05/2010
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives