Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   
L’identité corse au salon de l’agriculture
Avec ses 530 m2, ses exposants fermiers qui ont remporté plus d’une centaine de médailles dans les différents concours, son restaurant pédagogique tenu par des stagiaires de l’AFPA remarquablement encadrés, le village corse du Salon de l’Agriculture est l’un des plus visités et ce d’autant plus qu’il associe cette année ses qualités traditionnelles au fait que notre île recevra le départ et les trois premières étapes de la centième édition du Tour de France.
Dans un monde où l’on se demande si ce que l’on trouve dans des plats préparés et surgelés est non seulement du lard ou du cochon mais même du cheval ou du bœuf, il est réconfortant de pouvoir goûter et acheter des produits vendus par un producteur respectant les normes sanitaires, d’une qualité gustative remarquable et d’une authenticité indubitable.
Nous faisons de considérables efforts pour permettre au consommateur d’accéder à cette qualité de produits, ce qui suppose de lui permettre par l’identification, le contrôle et parfois la répression, d’écarter les tromperies et les fraudes.
Celles-ci subsistent sans doute mais déjà beaucoup de produits corses, du vin au miel en passant par le brocciu et bien d’autres sont traçables, identifiables et sécurisés quant à leur qualité et leur origine.
La Collectivité territoriale de Corse, pour la troisième fois cette année présente l’excellence des produits corses au Salon de l’Agriculture : elle le fait en organisant et finançant cette opération avec les chambres consulaires et les regroupements professionnels mais surtout en accompagnant et en fédérant les producteurs eux-mêmes sans lesquels évidemment rien ne serait possible.

Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 28/02/2013

Commentaires

1.Posté par eric zeltz le 10/03/2013 15:15
Monsieur le député,

A propos de lasagnes de cheval vendu pour du bœuf qui ont valu la sentence grandiloquente d'un ministre à jamais célèbre et que vous citez dans votre précédent message, j'espère que ce "village corse" du salon de l'agriculture ne proposait pas de "saucissons d'âne", spécialité autant corse que la ratatouille l'est pour la gastronomie alsacienne.
Car alors, une fois le scandale révélé, le ministre pourrait prononcer une vérité encore plus capitale:

"En Corse, il y a l'avant et l'après saucisson d'ânes!"

Trouvé sur le site http://corseprato.blog.club-corsica.com/art-le-saucisson-d%27ane-_94610.html

Il y a toujours eu des ânes en Corse , (en ailleurs), il y a même de fortes concentrations d'ânes dans certains lieux ,(l'Assemblée de Corse par exemple), l'administration (là c'est le troupeau !!), mais on ne les mange pas!! Nous ne sommes pas des cannibales!!
On mange du fromage qui pue, on mange des bouillies infâmes à base de farine de châtaigne ,on mange des tas de choses qu'un touriste n'oserait pas goûter, mais on ne mange pas d'ânes!!
On n'a jamais mangé d'ânes ; mettez-vous bien cela dans le crâne!
Le saucisson d'âne que vous trouvez en Corse est fabriqué industriellement avec des ânes d'Amérique du Sud et vendu « saucisson corse d'âne « , par des marchands qui vendent n'importe quoi! Il est juste transformé sur place , donc ils ont le droit de l'appeler ainsi:c' est parfaitement légal tant qu'il n'y aura pas de label .

Nouveau commentaire :

Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives