Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   
Itinéraire d'un enfant gâté
Une part d'héritage de deux milliards de dollars au moins, une jeunesse de playboy oriental, puis l'enfermement dans la bigoterie la plus primitive, la plus opposée d'ailleurs aux fondements mêmes de la religion dont elle se réclame, et enfin la perversion criminelle conduisant à se réjouir à la face du monde de la mort atroce de milliers d'innocents voilà sommairement résumé l'itinéraire d'un enfant gâté qui aurait dû peut-être, tant qu'à faire de ne pas accepter la vie de nawab moderne qui lui était offerte, consacrer sa puissance et sa fortune à l'intérêt public, aux progrès de l'humanité, à aider ses contemporains plutôt que de les assassiner.
Au-delà de ces considérations qui n'ont d'intérêt qu'au regard de l'abomination que constituent les crimes de Ben Laden, force est de constater que la presse dans son ensemble ne comprend à peu près rien aux évènements et se laisse manipuler bien facilement.
Chacun y va de ses commentaires en effet sur l'incapacité du Pakistan à repérer sur son territoire Ben Laden et sur son éventuelle complicité avec Al Qaïda.
S'agissant de l'incapacité, doit-on rappeler que la meilleure police anti-mafia du monde, les carabinieri italiens, ont mis des années voire des décennies à retrouver dans la campagne sicilienne tel ou tel parrain pourtant activement recherché. Chacun sait que la meilleure police du monde a parfois du mal à retrouver des criminels « planqués » et accuser le gouvernement pakistanais de complicité reviendrait à accuser le gouvernement français qui a parfois mis de longues années à retrouver des dirigeants de l'ETA sur notre propre territoire de complicité avec l'organisation terroriste basque. Le gouvernement pakistanais se laisse bien complaisamment taxer d'incapacité (ce qui fait sourire quand on sait que l'ISI, le service de renseignement du Pakistan, est parmi les meilleurs au monde), voire de complicité (comme le disait le général Musharraf, ancien chef de l'Etat : « Vous m'accusez d'être proche des terroristes... Je l'ai été trois fois puisque trois fois ils ont tenté de m'assassiner ! »).
En effet, il serait bien plus lourd de conséquences pour le gouvernement pakistanais que le monde islamiste et l'internationale terroriste l'accusent d'avoir facilité la mort de Ben Laden !
Enfin, il faut remarquer que la mort physique de Ben Laden a été précédée par la déchéance politique d'Al Qaïda puisque toutes les révolutions du printemps arabe se sont faites sans ou contre les intégristes.
Quoi qu'il en soit, l'itinéraire de l'ex-petit prince d'Arabie s'est terminée tristement par une immersion en mer précédée d'une cérémonie religieuse organisée sans doute par un imam de l'armée américaine. Pour autant, malgré cette immersion et le naufrage politique d'AlQaïda, nous pouvons redouter une nouvelle émergence organisée par le redoutable Al Zawahiri. Cet ancien chirurgien issu de la bonne bourgeoisie égyptienne n'a pas regretté, à tout le moins, la fin de cette encombrante et fantasque figure de Ben Laden et se trouve désormais le chef de son organisation criminelle.
Les Etats-Unis ont simplement coupé l'une des têtes de l'hydre du terrorisme international. Nul doute malheureusement qu'une autre va repousser.
Enfin, cette mort de Ben Laden permettra un retrait plus rapide que prévu des troupes occidentales d'Afghanistan, ce qui évitera bien des pertes inutiles à notre armée, sans pour autant que nous perdions la face.

Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 10/05/2011
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives