Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

L'intervention de forces internationales en Afghanistan était politiquement et juridiquement parfaitement légitime puisque le Conseil de sécurité des Nations Unies l'avait approuvée et qu'une majorité de pays l'ont encouragée voire y ont contribué par l'envoi de troupes.

Pourtant aujourd'hui, les informations dont nous disposons sur la situation en Afghanistan traduisent une véritable perte de contrôle du terrain par la coalition, voire une extension du conflit au voisinage et en particulier au Pakistan.

Interrogé par mes soins, dans le cadre de la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale, notre ambassadeur en Afghanistan avoue que plus de 40% du territoire de ce pays fait l'objet d'un véritable contrôle par les rebelles, même si les troupes de la coalition occupent le terrain.

En réalité, dans un village afghan, les armées étrangères ne font que passer, et après leur départ, les rebelles viennent, décident de tout, arbitrent les conflits et représentent une autorité infiniment plus forte que celle du gouvernement afghan.

Même s'il serait complètement irresponsable à ce stade que les troupes de la coalition quittent l'Afghanistan et si j'ai personnellement voté pour leur maintien, on ne peut que s'alarmer d'une situation qui appelle à l'évidence des changements majeurs de stratégie et un renforcement considérable des moyens engagés.

En Irak, l'intervention de la coalition conduite par les Etats-Unis n'était pas légitime juridiquement puisqu'elle n'était pas approuvée par les Nations Unies, même si le Conseil de sécurité a avalisé après coup, et d'ailleurs avec l'accord de la France, les conditions juridiques et financières de l'occupation.

Pourtant, la situation sur le terrain semble infiniment meilleure qu'en Afghanistan, au point que les troupes américaines poursuivent un calendrier de retrait progressif qui vient de franchir une étape décisive puisque désormais les troupes américaines se tiendront à l'écart des villes laissant à la police et à l'armée irakienne la responsabilité du maintien de l'ordre.

Il est sans doute difficile de tirer des leçons de l'expérience irakienne pour dicter l'évolution de la stratégie en Afghanistan. Il n'en demeure pas moins que le paradoxe est là : le succès d'une guerre ne dépend pas de sa légitimité !


Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 01/07/2009
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives