Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

La presse française s'est faite l'écho d'un communiqué émanant de la société AREVA selon lequel un accord aurait été conclu avec l'autorité nucléaire indienne (NPCIL) en vue de la construction par AREVA d'au moins deux réacteurs EPR dans l'Etat du Maharashstra.

Nos médias nationaux se sont félicités que l'Inde ait « passé commande de réacteurs nucléaires pour un montant d'au moins dix milliards d'euros ».

Après vérification faite auprès du NPCIL, j'ai constaté que le seul engagement pris par cet organisme était d'entrer en discussion pour préparer un contrat relatif à la construction de réacteurs EPR et la fourniture de combustible pour toute leur durée d'exploitation.

Le communiqué officiel de cet organisme précisait que le gouvernement de l'Inde envisageait de construire des réacteurs sur la base d'une coopération technique avec la France, la Fédération de Russie et les Etats-Unis d'Amérique.

Nous sommes donc très éloignés de la conclusion d'un contrat qui supposerait un accord sur l'objet, le prix, les délais, sans même parler des procédures d'autorisation complexes et incertaines s'agissant d'une implantation industrielle en Inde.

Par ailleurs, la situation actuelle des chantiers en cours de réalisation d'EPR qui conduit à une dérive dangereuse des coûts, et des délais, assortis s'agissant de la Finlande de 2,4 milliards d'euros de pénalités de retard, dans un contexte où la société AREVA doit faire face à de considérables besoins de financement pour l'exercice 2009 ainsi qu'à la perspective de voir Siemens nouer de très solides partenariats stratégiques avec de redoutables concurrents, devrait nous inciter à plus de réalisme et de modestie.

Vu de l'Union indienne, où fort heureusement on ne lit guère la presse française, ce genre de médiatisation désordonnée est totalement contreproductif.

Au fil des années, la confusion systématique entre « Memorandum of understanding » et passation de contrat est devenue un travers dommageable pour la crédibilité de notre politique d'exportation et je regrette qu'à force de prendre nos désirs pour des réalités et de confondre perspectives ou potentialités et conclusion de contrat, voire encaissement des bénéfices, on ne finisse, malgré la multiplication de communiqués triomphalistes, par battre tous nos records de déficit commercial.

Je continuerai à observer avec attention la suite qui sera réservée à cette affaire.


Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 05/02/2009
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives