Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   
Le débat sur l'avenir de nos retraites en est réduit à une polémique sur le nombre des manifestants. Quelle que soit la réalité, il est clair que la réforme proposée n'est pas comprise par les français tandis que la grande majorité d'entre eux ne fait pas confiance à la gauche pour faire mieux...
Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement se cramponne au principe de l'impossibilité de prendre sa retraite avant soixante-deux ans, sauf exception, tandis que la gauche promet de ramener l'âge légal à soixante ans mais avec une décote ce qui aboutirait à des niveaux de retraites dissuasives.
Nous voila donc dans ce que l'on nomme bien à tort une épreuve de force. C'est bien plutôt une épreuve de faiblesse puisque chacun attend que l'autre se fatigue et finisse par jeter l'éponge. Mais la plus grande faiblesse est notre incapacité nationale au dialogue social. La question des retraites se pose partout et fait débat partout. Chez nous le débat a été empoisonné, entre autres, par l'affaire Woerth: il est difficile de demander des efforts indispensables aux français quand on se rend compte que la persone la plus riche de France qui gagne en un jour au moins l'équivalent du seuil de l'ISF est imposée sur le revenu à un taux réel de trente pour cent au plus!
Il est encore plus choquant de découvrir que le ministre en charge des retraites entretient des liens directs et indirects avec la gestion de cette fortune. Car c'est aussi une de nos grandes faiblesses nationales: l'absence de clarté sur les conflits d'intérets qu'a dénoncé à juste titre Martin Hirsch.

Commentaires (5) | Rédigé par Paul Giacobbi le 04/10/2010
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives