Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Electrochoc à EDF

05/01/2009

Les psychiatres le savent depuis longtemps, un choc électrique convenablement dosé sur l'encéphale peut être utilisé comme thérapeutique mais à forte dose, cela peut provoquer des séquelles désastreuses.
C'est peut-être un incident de ce type, un électrocution accidentelle qui aurait atteint malencontreusement le crâne chauve de M. Gadonneix qui pourrait expliquer un comportement irrationnel qui va coûter cher au contribuable français et qui a déjà rapporté une fortune à l'homme le plus riche du monde.
L'histoire est assez simple. M. Warren Buffet, l'homme le plus riche du monde, avait investi malencontreusement dans un groupe de production électrique appelé Constellation. Ce groupe avait en effet partie liée à travers ses activités de trading d'énergie avec la banque Lehmann Brothers. D'où des difficultés colossales et l'envie du plus avisé des investisseurs depuis cinquante ans de se sortir de ce pétrin sans pertes.
Grâce à l'entremise de M. Gadonneix, il s'en tire avec un pactole ! En effet, Warren Buffet à travers sa filiale MidAmerican a d'abord souhaité ou feint de souhaité, une reprise intégrale de Constellation. Il avait offert 4,7 milliards de dollars pour la totalité du capital.
L'illustre Gadonneix, qui n'a pas à se gêner pour investir puisque l'argent lui vient du contribuable, a proposé sensiblement la même somme pour acheter 49,9% des activités nucléaires de Constellation, c'est-à-dire à peu près le double.
Bien évidemment, M. Gadonneix a justifié cette folie en se vantant d'avoir « damé le pion » à Warren Buffet et en prévoyant qu'il allait pouvoir vendre des réacteurs EPR à Constellation.
Warren Buffet va recevoir 418 millions de dollars en numéraire, 9,99% du capital de Constellation pour une valeur boursière de 575 millions de dollars, obtenir une conversion de ses actions préférentielles, à hauteur de un milliard de dollars, en obligations venant à échéance au 31 décembre 2009 avec un intérêt de 14% !
Selon une dépêche, « le groupe Constallation a annoncé qu'il devait provisionner 1,2 milliard de dollars pour dédommager la société MidAmerican appartenant à l'investisseur Warren Buffet à la suite de l'annulation de leur accord de fusion. »
A ce tarif-là, beaucoup de gens aimeraient se faire damer le pion par M. Gadonneix !
Si l'on fait les comptes, EDF a dépensé 4,5 milliards de dollars pour acquérir moins de la moitié des actions de Constellation, une société dont les comptes ont dû être provisionnés de 1,2 milliards de dollars pour indemniser l'homme le pus riche du monde, qui est aussi l'investisseur le plus avisé que le monde ait connu au cours des cinquante dernières années et dont l'offre était la moitié de celle d'EDF.
Autrement dit, EDF a surpayé de 2 milliards de dollars un groupe qui a entre temps provisionné un milliard de dollars, ce qui porte la surévaluation de l'offre à au moins 2,5 milliards de dollars.
Quant à la perspective de construire un réacteur EPR aux Etats-Unis, elle suppose au moins trois conditions.
D'abord, qu'EDF soit capable de construire un réacteur EPR à un prix raisonnable et dans les délais impartis. La tentative de construction d'un réacteur nucléaire à Flamanville connaît d'immenses surcoûts et des retards considérables tandis qu'un chantier similaire en Finlande va finir par coûter en pénalités de retard plus cher que le prix de vente.
La seconde condition serait que le maintien de prix élevé du pétrole rende toujours aussi attractif la conversion au nucléaire de la production électrique. Or, les cours du pétrole vont durablement revenir à un niveau largement inférieur à 40 dollars le baril.
La troisième condition est que M. Warren Buffet, qui reste actionnaire à plus de 9% de Constellation, accepte qu'EDF construise un réacteur EPR à prix très élevé, sans concurrence et sans pénalités pour des retards inévitables, ce qui ne serait guère dans les habitudes d'un investisseurs aussi avisé que le redoutable propriétaire de la holding Berkshire Hathaway.
Conclusion : pour vendre dans de bonnes conditions un EPR que pour le moment EDF est incapable de construire au prix et dans les délais convenus, nous avons surpayé de plus de 2,5 milliards d'euros moins de la moitié du capital d'une entreprise de production électrique d'un pays qui va connaître en 2009 et dans les années à venir sa plus grande récesion depuis soixante-dix ans !

Une consolation cependant : un retraité actif de l'Amérique profonde a reçu pour son Noël un cadeau d'un milliard de dollars, ce qui était inespéré par les temps qui courent, même pour l'homme le plus riche du monde.
Pour ce cher Warren Buffet, Santa Claus a le visage souriant de l'illustre Gadonneix et la grasse volaille qu'il a eu le plaisir de déguster le 24 décembre au soir avait sans doute a good french taste...




Commentaires (3) | Rédigé par Paul Giacobbi le 05/01/2009
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives