Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

EPR (suite…)

19/11/2014
EPR (suite…)
Il y a encore quelques années, il était de bon ton de citer en modèle l’entreprise AREVA et sa dirigeante, visionnaire et dynamique, qui s’était auto-attribuée le surnom supposé flatteur de « Atomic Anne ».
J’avais, depuis longtemps, dénoncé la folie d’un projet industriel dénommé EPR dont le dérapage en termes de coût et de délais, aurait dû conduire depuis longtemps soit à l’abandon pur et simple, soit à la reprise intégrale à la base afin de tenter de le rendre viable.
Je l’ai dit dans ce blog, je l’ai dit en commission, je l’ai dit à Madame Lauvergeon lors d’une audition mais on m’a rétorqué avec cette morgue et cette hauteur que donnent l’incompétence et la malhonnêteté intellectuelle ou autre, lorsqu’elles se retrouvent à des postes très élevés que malgré quelques désagréments passagers, le programme EPR fonctionnait bien et anticipait le nucléaire de demain.
Sans même évoquer le désastre finlandais, un projet pour lequel il n’existe pratiquement plus de calendrier et pas plus d’évaluation de pertes abyssales, nous apprenons que le chantier de l’EPR de Flamanville est encore retardé d’un an, ce qui porterait le temps de construction à dix ans, tandis que le coût atteindrait 8,5 milliards d’euros, soit près de trois fois le budget initial, dans la version la plus optimiste qui ne tient pas compte des derniers déboires.
La bourse, qui elle sait compter, a sanctionné le titre AREVA qui perd ce matin près de 20%. Mais notre gouvernement, aussi peu sensible aux réalités économiques qu’il ne l’est à l’opinion du peuple, persiste et signe et continue à voir dans AREVA le modèle de la bonne gouvernance industrielle et dans Madame Lauvergeon l’incarnation d’une modernité économique qui seule peut nous sortir de la crise. Elle est, à ce titre, la personne en charge de coordonner les grands chantiers d’innovation industrielle qui feront la France de demain.
Pauvre France !

Commentaires (5) | Rédigé par Paul Giacobbi le 19/11/2014

Commentaires

1.Posté par Brynhild La Valkyrie le 19/11/2014 21:30
Monsieur le Député et Président,
.
Puisque vous publiez vos billets en rafale je ferai une remarque préliminaire qui concerne tous vos billets. Je remarque et je note avec plaisir que vous êtes constant dans la publication de vos idées, de vos analyses (diverses et variées), de vos commentaires et que vous intervenez fréquemment à l'Assemblée Nationale pour interpeller ces dieux qui nous gouvernent contrairement à certains élus de la Corse qui ne se réveillent qu'à la veille d'une élection municipale risquée et qui se jettent avec avidité sur tous les sujets qui agitent les cerveaux des indigents intellectuellement de notre belle ile pour tenter désespérément de gagner des voix facilement et sans distribuer de bons alimentaires puisque c'est interdit ...
.
Remarquez, la ficelle est très connue et très usitée par tous les politiciens qui ne sont pas capables de tenir les promesses qu'ils ont faites aux dernières élections municipales, notamment, et qui ambitionnent de gouverner la Corse. On agite tous les chiffons rouges de la fantasmagorie indépendantiste et on flatte les pigeons à qui on fait mine de donner de l'importance en sollicitant leur avis qu'on s'empressera d'oublier une fois les élections passées.
.
Ceci dit, je passe à vos derniers billets.
.
Concernant l'EPR, votre analyse est tout à fait pertinente et il faut croire que notre cher Président de la République a eu, à tout le moins, beaucoup de chance lorsqu'il a décroché son admission à HEC. Mais tout le mérite de ce désastre financier ne lui revient pas exclusivement, d'autres peuvent s'en prévaloir également mais ceux-là au moins n'avaient pas fait HEC et l'ENA comme quoi les diplômes c'est accessoire et trompeur.
.
Concernant le Mistral perdant, votre analyse est excellente et j'y souscris pleinement du haut de ma frêle silhouette et sans nulle autre représentativité que celle de ma misérable personne. Je pense, en effet, moi aussi qu'il faut livrer ces navires et respecter nos engagements et parler, ainsi, comme le général Cambronne à Madame Merkel.
.
Concernant le Japon, alors là je suis sidérée parce que croyais que vous me souteniez dans mes légitimes revendications tout comme je vous soutiens en votant pour vous depuis plusieurs générations par l'entremise de mes aïeux !
.
Quelle mouche vous pique donc de comparer le Japon qui n'a jamais rien fait comme l'Europe et la zone euro ? Le Japon qui est aussi différent de l'Europe, à tous les points de vue, que l'Argentine, le Brésil ou le Mexique même si ce n'est pas un BRIC et s'il est classifié parmi les trois ou quatre premières puissances économiques mondiales ?
.
Quant aux notaires, aux pharmaciens et autres privilégiés, parmi les plus privilégiés de France, il faut bien faire cesser ce scandale des études notariales et des officines pharmaceutiques que l'on hérite de père en fils (ou en fille) moyennant l'obtention d'un diplôme qui n'est pas plus difficile à obtenir que tous les autres diplômes qui ne donnent pourtant pas accès à des professions aussi barricadées sur leurs avantages ! Tous ces notables doivent contribuer à la résorption de la dette publique !
.
J'ajoute que les politiciens, aussi, devraient contribuer au redressement des comptes publics et que supprimer le Sénat, le Conseil économique et social, la réserve parlementaire et diviser le nombre des députés par deux serait une œuvre de salubrité publique qui honorerait le Président de la République qui aurait le courage de soumettre une telle question à un référendum ! Vous me direz que je me répète, certes, mais je le ferai jusqu'à ce qu'on m'entende et qu'on fasse ce qui est indispensable pour la France !
.
Je vous rejoins, néanmoins, sur la question de la flexibilité du marché du travail.
.
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Député et Président, l’expression de mon amicale considération.
.

2.Posté par Antoine le 20/11/2014 17:47
Monsieur le député et président de l'exécutif de Corse , vos analyses sont très pointues (y compris en ironie ) .
toutefois elles manquent cruellement de langage clair concernant les coûts des opérations financières étatiques , EPR , SCNM etc...
pourtant vous vous interrogez toujours sur la destination réelle de 60 millions d'euros lors de la privatisation de la SNCM , alors partant de là , êtes vous vraiment certain que les 8,5 milliards que va coûter l' EPR vont tous arriver au bon endroit , c'est à dire payer " uniquement "les travaux sans quelques " fuites" vers des portefeuilles privés ?
on peut légitimement se poser la& question .
le nombre de scandales financiers touchant la classe politique en France a le don de rendre dubitatif les plus civiques d'entre nous .
désormais il ne se passe guère de semaine sans secousses à ce niveau .
ministres, députés sénateurs , les mises en examen s'accumulent , le " tous pourris " fait tranquillement le lit du fascisme ...mais bon....pourvu qu'on se gave , on verra après ....
vous avez dit " Byzance " ?

3.Posté par Brynhild La Valkyrie le 26/11/2014 20:14
Bonjour Monsieur le Député et Président,
.
Juste deux mots pour vous dire que j’approuve totalement votre position en ce qui concerne la SNCM à savoir : « L'office des transports de la Corse a émis lundi deux titres de recettes pour demander, à la direction de la SNCM le remboursement intégral du montant de la subvention du "service complémentaire" de la dernière concession. L'OTC réclame 167 millions d'euros représentant le principal de la somme due par la compagnie et 30 millions pour les intérêts. »
.
Je l’approuve sur le fond et sur la forme.
.
Bien amicalement
.

4.Posté par estrimei le 28/11/2014 18:31
o sgio deputatu ,
u ghjurnale Médiapart annunzia: "La scandaleuse privatisation de l'aéroport de Toulouse-Blagnac" ;
mi pare chi u duvere di un deputatu hè di mette i termini quandu "l'eseccutivu" si vole scruccunà u pusessu naziunale .
chi cuntate di fà ?

5.Posté par Brynhild La Valkyrie le 01/12/2014 23:30
Monsieur le Député,
.
J'ai regardé sur grand écran la vidéo de votre intervention à l'Académie de Paris et j'ai eu le plaisir de vous voir dans un registre différent de celui que je vous connais jusqu'à présent c'est-à-dire celui de l'homme politique brillant et cinglant.
.
J'ai ainsi pu, grâce à vous, approfondir ma connaissance de Marcel Proust que je connais très peu parce que je me passionne davantage pour l'œuvre de Lord Byron.
.
Dans un premier temps vous avez évoqué l’esprit visionnaire et lucide de ce grand écrivain sur la première guerre mondiale et dans un second temps, même si je raccourcis un peu, vous avez évoqué ses travers voire même ses défauts les plus abjects ce qui me laisse perplexe et je me demande si tout en admirant l’écrivain vous ne détestez pas l’homme ?
.
Je note au passage que les investissements boursiers de cet immense écrivain que vous qualifiez d’exotiques et d’aventureux se sont révélés fructueux, selon vos propres dires, puisqu’après une baisse temporaire ces actions ont retrouvé et dépassé leur niveau antérieur pour enrichir son détenteur encore davantage que précédemment comme quoi les arcanes de la finance sont impénétrables…
.
Quoi qu’il en soit j’ai passé un agréable moment et je vous en remercie.
.






Nouveau commentaire :

Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives