Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   
J'ai assisté aujourd'hui au déjeuner donné en l'honneur du président de la République de Tunisie puis à son discours devant l'assemblée nationale.
Il est de bon ton en France de s'inquiéter de l'alliance politique entre des personnalités laïques comme lui et un parti islamique, de même que beaucoup de nos compatriotes s'étonnent de ce que la démocratie ne soit pas encore installée en Tunisie dans les moindres détails avec une constitution définitive etc...
M.Marzouki est docteur en médecine formé à l'université de Strasbourg et ancien interne des hopitaux de cette ville.
Son français est évidement impeccable et son discours est direct, sans le moindre recours à la langue de bois.
Il n'est en aucune façon islamiste mais nous expose qu'il est bien permis au peuple de son pays d'élire qui il entend et qu'un parti religieux musulman, dès lors qu'il respecte la démocratie, est tout aussi acceptable que tous ceux qui en Europe se réclament de la démocratie chrétienne... Dont acte.
Il nous dit que la démocratie prend du temps à se mettre en place mais que son pays a connu ses premières élections libres et que la presse jouit d'une liberté d'autant plus insolente qu'elle s'exerce pour la première fois. C'est incontestable.
J'ajoute que si la France est tellement pressée et exigeante quand à la démocratie tunisienne, elle devrait tempérer son impatience et son exigence en se souvenant qu'elle a exercé une étroite tutelle sur la Tunisie pendant soixante quinze ans, de 1881 à 1956, c'est à dire du traité de protectorat à l'indépendance, et qu'elle n'a guère mis à profit ces trois quarts de siècle pour instaurer le moindre commencement de démocratie dans ce pays...
Nous devrions aussi nous souvenir qu'il a fallu à la France bien du temps et pas mal de contretemps entre 1789 et l'instauration d'une République véritablement stable et démocratique, qui n'a d'ailleurs autorisé le vote des femmes qu'en 1944 avec l'ordonnance d'Alger!
Notre pays devrait s'abstenir de donner des leçons pas plus à la Tunisie qu'à d'autres et le président de ce pays a du rappeller aux députés que dans notre assemblée on soutenait il n'y a pas si longtemps le régime dictatorial de Ben Ali et que l'on se proposait même de former les cadres de sa police à la gestion "moderne" de l'ordre public...
Il nous faut donc remercier le président tunisien de ne pas l'avoir dit avec méchanceté mais au contraire avec cette élégance légère de ceux qui pardonnent et qui comprennent les fautes de leurs amis.

Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 18/07/2012
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives