Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Laurent Fabius dont j'apprécie beaucoup l'intelligence pragmatique et la parfaite maîtrise des sujets, a lancé pour la rénovation du Parti socialiste une proposition qui fait référence à la campagne initiée par Mao Zedong en 1957 et que l'Histoire a retenu sous le nom de « Cent Fleurs ».


Dans une envolée presque lyrique, qui n'est pas dans les habitudes du flegmatique ancien Premier ministre, Laurent Fabius a dit : « ce qu'il faut faire maintenant, c'est des propositions tous azimuts, au sommet, à la base, au milieu... pour que cent fleurs jaillissent ».


En 1957, Mao Zedong a effectivement lancé une campagne dont le slogan était « Que cent fleurs s'épanouissent, que cent écoles rivalisent ».


Il s'agissait d'ailleurs dans l'esprit de Mao Zedong d'une référence implicite à cette période de l'Histoire de la Chine ancienne au cours de laquelle, au Vème siècle avant Jésus-Christ, s'opposèrent plusieurs royaumes jusqu'à ce que la dynastie des Qin, au début du IIIème siècle, accède à une dignité impériale qui a d'ailleurs donné son nom occidental au pays. « Qin » se prononçant « chine » alors même que les chinois désignent leur pays sous le nom d' « Empire du Milieu » (Zhongguo).


Il se trouve qu'au cours de cette période de rivalités politiques entre différents royaumes, d'où l'expression de « royaumes combattants », il y a eu également un remarquable développement des doctrines littéraires et culturelles que l'on a appelé « les Cent Ecoles ».


S'il peut paraître intéressant de comparer les rivalités des courants ou des baronnies du PS à des « royaumes combattants » et d'espérer qu'il sortira de ces combats un nouvel empereur qui fondera un empire politique socialiste durable, il n'en demeure pas moins que la référence historique est, à bien des égards, osée et nous ouvre des perspectives inquiétantes pour le Parti socialiste.


En effet, après avoir suscité et encouragé la floraison d'expressions libres en 1957, sous l'appellation poétique des « Cent Fleurs », le tyran sanguinaire qu'était Mao Zedong a très vite organisé une répression féroce de tous ceux qui avaient cru pouvoir s'exprimer librement et s'écarter quelque peu de la ligne du parti communiste. On évalue à 500 000 les victimes de cette répression qui ont été déportées, emprisonnées, torturées ou assassinées...


Par ailleurs, au-delà du fait que la période des « Cent Ecoles » ait été très brillante sur le plan intellectuel, elle a aussi comporté, au début du IIIème siècle avant J-C, des épisodes sombres tels que l'autodafé de tous les livres sans contenu technique ou de considérables massacres d'intellectuels.


En définitive, s'il est raisonnable et stimulant de vouloir transformer l'agressivité des éléphants du PS qui en sont actuellement aux « royaumes combattants » en très fécondes batailles florales, il est à craindre qu'il résulte de tout cela un véritable bain de sang politique.


Les « Cent Fleurs » de la Chine de 1957 et leur sanglante répression portaient déjà en germe les massacres de la place Tiananmen, nous redoutons que les « Cent Fleurs » du renouveau des pensées socialistes ne se terminent par une implosion de la rue de Solférino !



Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 10/06/2009
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives