Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Contradictions

15/10/2008

J'ai voté pour le plan de sauvetage des banques françaises, calqué sur le plan britannique lui même inspiré du plan Paulson américain, ces plans représentant peut-être à ce stade notre seul espoir de sauver au moins à court terme le système bancaire de l'effondrement.

J'avoue cependant être consterné par les voltes face, les contradictions et les à-peu-près de notre gouvernement dans ce domaine:
- le 20 septembre 2008, madame Lagarde déclare que « le gros risque systémique qui était craint par les places financières et qui les amené à beaucoup baisser au cours des derniers jours est derrière nous »,
- le 8 octobre, répondant a des questions très précises sur le besoin de recapitalisation de nos banques par l'État, madame Lagarde me répond que « si vous leur posez aujourd'hui la question de savoir si elles ont besoin de recapitalisation, si elles souhaitent que l'État participe a une opération de recapitalisation, elles vous diront : c'est non . Les banques françaises sont bien fondées en fonds propres, bien contrôlées ... ». Madame Lagarde m'indiquait aussi que la différence entre les banques françaises et les banques anglaises, c'est que les banques anglaises ont un ratio de solvabilité de 6% et les banques françaises de 8%, et que donc les banques françaises sont beaucoup mieux dotées en fonds propres,
- le 13 octobre, après que le plan de recapitalisation des banques françaises à hauteur de 40 milliards d'euros ait été rendu public, madame Lagarde déclarait que l'un des objectifs du plan de recapitalisation français était de « mettre les banques françaises sur un pied d'égalité avec les banques britanniques en terme de fonds propres. Le ministre ajoutait que les banques britanniques qui bénéficieront du plan de recapitalisation au Royaume Uni « auront un ratio de solvabilité de 9% ».

Comprenne qui pourra mais comme le disait un écrivain aujourd'hui oublié : « il y a longtemps que je ne rie plus de cette manie de l'à-peu-près qui envahit la France du plus bas au plus haut ».


Commentaires (2) | Rédigé par Paul Giacobbi le 15/10/2008
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives