Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Contagion

11/05/2010
Les lecteurs de ce blog penseront peut-être que je suis obsédé par l'économie, mais outre que ce n'est pas faux, il est évident que ce qui se passe en ce moment aura une influence déterminante sur notre vie de tous les jours au cours des prochaines années, voire des prochaines decennies.
Nous constatons ces jours ci que la crise grecque, en réalité le risque de tous les trésors publics occidentaux, y compris celui des Etats-Unis, de faire défaut, c'est à dire faillite, fait naitre un nouveau risque sur les banques. En effet, j'ai dit et répété que la crise bancaire n'était pas terminée, et de surcroit les banques sont lourdement engagées sur la Grèce et plus encore sur d'autres pays ( que resterait-il des banques dans le monde entier si les bons du trésor américain n'étaient plus honorés?), et enfin comme la crise des trésors publics va entrainer des politiques recessionistes, les marchés anticipent une nouvelle crise de croissance...
En réalité nous sommes dans une situation dont on ne peut sortir que de trois manières, ainsi que l'a très bien dit le Mac Kinsey Institute à propos de la Grande-Bretagne: le défaut de paiement, l'inflation, se serrer la ceinture.
Le monde occidental ne peut, sauf à plonger la planète dans une crise encore plus tragique, faire défaut. Même si une petite économie comme l'Argentine a pu se tirer convenablement d'une telle faillite, cette possibilité est exclue pour la moitié de l'économie mondiale.
Se serrer la ceinture est irréaliste et contre productif. Si un pays le fait seul, il peut en tirer profit à terme, si tout le monde le fait, l'économie globale s'effondre durablement. Par ailleurs, il faudrait vingt ans d'excédents budgétaires à trois pour cent pour que la France rembourse sa dette! Qui peut croire que c'est réaliste?
Reste l'inflation: non seulement créer de la monnaie pour les banques qui en profitent pour gonfler de nouvelles bulles spéculatives, mais relancer l'économie en faisant prendre en charge la dette publique par les banques centrales au moins en partie. Les Etat-Unis ont commencé avec les achats depuis plus d'un an de bons du trésor à trente ans par la FED, la BCE a enfin dit qu'elle allait le faire sur le marché secondaire, ce qui était le seul élément consistant d'un plan européen par ailleurs en trompe l'oeil.
Bien entendu il faut réglementer très étroitement les banques, les mettre sous tutelle par les réserves obligatoires et en même temps les obliger à prêter à ceux qui en ont besoin quitte à imaginer des systèmes de garanties etc... Bien entendu l'interdiction imaginée par Paul Volker d'interdire aux banques de jouer sur les marchés avec l'argent des clients devrait être promulguée à l'échelle planétaire.
En attendant ce matin l'euro est déjà retombé et les premiers signes du CAC sont mauvais tandis que le Nikkei a chuté de 1,14%, ce qui pour un lendemain de fête à la bourse ressemble à un reveil avec la gueule de bois!
Que l'on m'explique qu'il y a réalistement d'autres solutions que l'inflation pour absorber le solde de vingt ans de folies bancaires et étatiques! J'attends les explications sereinement...

Commentaires (15) | Rédigé par Paul Giacobbi le 11/05/2010
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives