Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Concours Lépine

05/12/2013
Concours Lépine
Sous la houlette de l’inénarrable Madame Lauvergeon, l’administration royale vient de publier à l’initiative du Colbert bourguignon toute une série de projets à long terme sensés développer les nouvelles technologies françaises.
Ce qu’il y a de plus innovant dans cette affaire, c’est que l’administration du royaume, croyant imaginer la France de demain, réinvente sans le savoir la machine à remonter le temps, nous replongeant dans les âges des grands plans industriels qui, de Colbert au général de Gaulle, ont fait la France dans ce qu’elle a de meilleur et dans ce qu’elle a aussi de pire !
Car il en est des plans industriels comme de beaucoup de choses, la plupart sont voués à l’échec, mais dans l’échec comme dans le succès, il en reste souvent des choses positives, la plupart du temps totalement inattendues.
Colbert a replanté des forêts pour permettre le développement de la marine civile et militaire française et ces arbres admirables ont atteint la maturité requise pour en faire les meilleurs bois d’œuvre au moment précis où l’on a commencé à produire les bateaux métalliques… Ce qui n’a pas empêché ces forêts de faire beaucoup de bien à l’écologie nationale, et de produire des bois d’œuvre qui se vendent extraordinairement cher notamment pour fabriquer les tonneaux où vieillissent les meilleurs vins du monde.
Le plan calcul français s’est, si j’ose dire, totalement planté, de même que le fameux minitel a entraîné pendant des années la France dans une impasse technologique, la faisant passer à côté de la révolution « internet », tandis que la filière graphite gaz dans l’énergie nucléaire s’est révélée tout aussi peu rentable économiquement qu’elle était dangereuse pour la prolifération de l’arme nucléaire.
Pourtant, ces erreurs successives ont permis à différentes époques de redonner à la France le goût de la technologie, l’esprit d’entreprise pour l’investissement à long terme et le sens de l’aventure qui conduisent au progrès.
Etait-il indispensable de faire coordonner tout celà par une personnalité industrielle dont les initiatives à la tête d’une grande entreprise, AREVA, ont abouti à gaspiller des milliards d’euros ou que le ministre en charge de l’industrie passe son temps à vilipender les entrepreneurs qu’il tient généralement pour des délinquants en puissance tout en les encourageant à entreprendre ?
Au-delà des paradoxes présents et des expériences passées, c’est une initiative à saluer car pour promouvoir les révolutions technologiques, il faut accepter par avance de s’engager successivement dans des impasses.

Commentaires (1) | Rédigé par Paul Giacobbi le 05/12/2013
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives