Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Compétitivité

12/09/2012
Compétitivité
Le forum économique mondial a édité le classement pour 2012 des pays les plus compétitifs.
A l’évidence, le niveau des salaires et des charges n’est pas un obstacle à la compétitivité puisque la Suisse est au premier rang, la Finlande au troisième et la Suède au quatrième, des pays qui se caractérisent par des niveaux de salaires élevés et des systèmes de protection sociale avancés.
La France, elle, passe de la dix-huitième à la vingt-et-unième place notamment, disent les commentateurs du forum économique mondial, en raison de la baisse de l’efficacité des gouvernements français ces dernières années.
J’ai, quant à moi, deux idées simples sur notre chute de compétitivité. Elle tient d’abord à cette folie française qui consiste à changer les lois chaque année, voire plusieurs fois par an, de telle sorte qu’aucun investisseur ne peut prédire quel sera son environnement fiscal et social à quelques mois, alors même qu’un investissement ne porte ses fruits que sur plusieurs années.
La seconde est imputable à la difficulté où l’on se trouve en France de s’adapter au marché, c’est-à-dire de pouvoir baisser la voilure d’une entreprise lorsque les affaires vont moins bien, voire de fermer une entreprise quand elle a échoué. Cette adaptation peut se faire en respectant les droits et les intérêts des salariés dans le cadre de règles négociées.
C’est ce qui se fait dans bien des pays mais paraît hors de portée chez nous.
J’ai passé plusieurs mois à étudier cette question et acquis la conviction que ce n’est pas en baissant les salaires en France que l’on augmentera la compétitivité mais en essayant d’abord de pallier ces deux difficultés majeures.
Le gouvernement a promis d’ici la fin de l’année des propositions pour un choc de compétitivité après la remise du rapport qui a été demandé à Louis Gallois sur le sujet. Cela donnera lieu - et c’est heureux - à une vraie négociation sociale « gagnant-gagnant ». Mais il faudra aussi que le gouvernement comprenne qu’un investissement peut être compromis par un changement de règles intempestif de telle sorte que ce n’est pas seulement du dialogue entre salariés et employeur que dépend notre compétitivité mais tout autant et plus encore de la capacité des pouvoirs publics à garantir aux investisseurs dans la durée un environnement législatif, fiscal et social stable.

Commentaires (3) | Rédigé par Paul Giacobbi le 12/09/2012
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives