Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Byzance

12/11/2014
Byzance
Comparaison n’est pas raison. Cependant, la polémique qui fait rage sur le point de savoir ce qui se serait dit au cours de tel déjeuner chez Ledoyen, entre un ancien Premier ministre et le secrétaire général de l’Elysée, paraît tellement vaine qu’elle évoque ces disputes théologiques qui dit-on faisaient les délices de l’intelligentsia byzantine au moment précis où les ottomans s’apprêtaient à envahir la ville.
Je ne sais pas ce qui s’est dit au cours de ce déjeuner. Sans doute, l’un des protagonistes a-t-il pu évoquer la question d’une éventuelle responsabilité personnelle de Nicolas Sarkozy en tant que bénéficiaire indirect des pénalités infligées au titre du dépassement de son compte de campagne.
Est-ce pour autant que l’ancien Premier ministre aurait pu demander à son ancien secrétaire d’Etat aux affaires européennes de faire en sorte que la justice réprime les faits en question ?
L’un et l’autre savent parfaitement qu’il n’est pas permis au pouvoir exécutif de donner des instructions au Parquet dans un sens ou dans un autre pour une affaire particulière et que d’ailleurs, toute instruction donnée dans un cas aussi délicat ne manquerait pas d’être porté à la connaissance de la presse et d’avoir un effet diamétralement opposé.
Au-delà de la teneur exacte de ce propos de table supposé, quel délit ou quel crime ont pu commettre à cette occasion les participants à ces agapes ? Aucun.
Tout au plus pourrait-on reprocher à Jean-Pierre Jouyet d’avoir fait allusion, dans un entretien avec des journalistes, aux propos tenus lors de ce déjeuner. Encore faudrait-il savoir exactement les termes qu’il aurait employés pour rapporter les propos en question et se souvenir qu’en tout état de cause, lesdits propos n’étaient couverts par aucune forme de confidentialité dont la violation serait répréhensible.
L’affaire se résume en quelques mots : un ancien Premier ministre se serait laissé aller à des paroles sans doute déplacées dans un cadre privé, comme cela peut parfois arriver à chacun d’entre nous.
Son interlocuteur y a fait allusion dans une conversation avec la presse tandis que ni les propos tenus, ni la manière dont ils ont été rapportés ne sont à aucun titre répréhensible, pas plus que ne l’est leur divulgation.
Le débat et la polémique qui ont suivi ont à peu près autant d’importance pour les citoyens de ce pays que la supposée discussion sur le sexe des anges n’en avait à Byzance au cours de l’année 1453.
Nous ne sommes évidemment pas menacés d’une invasion ottomane, même si les gouvernements français ont bien du mal à comprendre la Turquie qui reste, au passage, le plus ancien allié de la France puisque les premiers accords franco-turcs remontent au règne de François Ier.
Nous sommes, en revanche, directement menacés par le terrorisme islamiste sur notre propre territoire, condamné à la stagnation ou à la récession par une crise financière sans précédent, tandis que notre armée se bat vaillamment en Afrique et au Moyen-Orient contre une organisation militaire et religieuse qui prétend imposer à une grande partie du monde le fanatisme et l’intolérance comme mode de gouvernement théocratique.
Nous pourrions débattre de ces sujets essentiels et, plutôt que d’entretenir des polémiques entre gauche et droite et surtout entre les multiples factions internes de chacun de ces deux camps, chercher à construire un consensus national qui ne devrait d’ailleurs pas être si difficile que cela à élaborer puisque, tant sur le plan diplomatique qu’économique, ce que fait notre gouvernement aujourd’hui ressemble à s’y méprendre à ce que la droite prétendait faire et qu’elle n’a d’ailleurs pas réussi à mettre véritablement en œuvre.
Très loin de vouloir préparer ou analyser ce consensus, la classe politique et la presse en sont à s’interroger sur l’importante question de savoir qui a invité qui à ce repas, qui a réglé l’addition et quel était le menu dans l’attente d’une discussion serrée sur le choix du restaurant…
Je ne suis pas porté sur la théologie mais, après tout, dès lors que l’on est croyant, n’est-il pas intéressant de s’interroger sur la personnalité des anges dont on croit qu’ils peuplent nos cieux et pendant qu’on y est sur leur genre masculin, féminin ou neutre ?
Il existe une propension, sans doute universelle, à se consacrer passionnément à des jeux ou à des disputes totalement déconnectés des questions et des menaces du moment, à l’image de ces personnages d’un film de Satyajit Ray qui poursuivent une interminable et passionnante partie d’échecs au moment où le royaume dont ils sont d’importants courtisans est en train de disparaître sous les coups de boutoir du colonisateur britannique.
C’est même peut-être un signe de la gravité de la menace que ces véritables délires de futilité qui nous détournent des dangers et nous empêchent d’en écarter la menace.



Commentaires (3) | Rédigé par Paul Giacobbi le 12/11/2014

Commentaires

1.Posté par Brynhild La Valkyrie le 12/11/2014 21:16
Monsieur le Député,
.
Au risque de vous décevoir, parce que je sais que vous aimez ma prose, je ne ferai aucun commentaire à ce sujet parce qu'entre BFMTV, I télé et C dans l'air j'ai eu ma ration de commentaires et de reportages sur cette affaire aujourd'hui.
.
Recevez néanmoins mes plus amicales salutations.
.

2.Posté par Brynhild La Valkyrie le 13/11/2014 20:07
Bonsoir Monsieur le Député,
.
A l’heure où l’on discute de réforme territoriale au grand théâtre de la CTC où vous faites office de ténor à l’instar de l’illustre César Vezzani et où les autres en sont réduits à faire de la figuration permettez-moi de vous poser une question : ne trouvez-vous pas que quatre députés et deux sénateurs pour la Corse s’est beaucoup trop et que deux députés et un seul sénateur ça suffirait amplement, voire un seul député, dont la place vous reviendrait bien évidemment parce que vous êtes le meilleur, et pas de sénateur du tout ?
.
Pour me répondre, je vous prie d’utiliser Skype parce que le canal historique et le canal habituel ont succombé et ils sont hors de combat.
.
Vi pregu bona furtuna o sgiò diputatu e tante salute in casa.
.

3.Posté par Brynhild La Valkyrie le 14/11/2014 17:50
Monsieur le Député et Président,
.
Comme la page Facebook de Corse-Matin est mal fréquentée permettez-moi de vous dire, ici, que je trouve votre réaction très juste, très équilibrée et très mesurée comme il se doit venant d’un parlementaire éminent et du président de l’exécutif de la Collectivité territoriale de Corse qui ne doit pas se laisser embobiner par les outrances verbales de quelques candidats aux futures élections qui flattent l’égo des indigents intellectuellement pour recueillir leurs suffrages faute de pouvoir faire autre chose de plus probant en matière économique notamment et qui sont incapables de tenir les promesses qu’ils ont faits à Bastia en particulier.
.
PS : Per e prussime elezzioni sbarrazzatevi di tutta sta squadra di buciardoni chi so in giru a voi, e chi manghjanu grazia a voi perchi elli so incapace di fassi elege a u scrutinu direttu, li ci vole sempre a inframèttesi nanta una lista per riesce a esse eletti soprattuttu certe pullezze !

.
Réaction de Paul Giacobbi suite à la décision de la commission de discipline de la LFP http://grcm.fr/n1592469
.

Nouveau commentaire :

Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives