Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Bourbons

03/06/2014
Bourbons
L’abdication du roi d’Espagne dont le patronyme double à la mode espagnole est « Bourbon et Bourbon » puisque son père et sa mère sont issus de la même famille, nous rappelle les péripéties historiques et dynastiques qui font qu’aujourd’hui règne sur l’Espagne un monarque dont le patronyme est issu d’une petite ville du département de l’Allier.
Robert de Clermont, sixième fils de Saint-Louis, avait eu le malheur de recevoir un coup de masse d’arme sur sa tête lors d’un tournoi dans sa jeunesse, ce qui le fit sombrer dans la démence.
Il avait épousé la fille et héritière de la seigneurie de Bourbon qui donna son nom patronymique à sa descendance laquelle, par l’extinction de mâle en mâle des branches plus aînées, accéda au trône de France avec Henri de Bourbon Navarre, Henri IV.
Quelques siècles plus tard, de nouveaux hasards dynastiques allaient faire de Philippe, duc d’Anjou, petit-fils de Louis XIV, le roi d’Espagne, par héritage de sa grand-mère, Marie-Thérèse d’Autriche, et surtout par la volonté de son grand-père, le grand roi !
Règne mouvementé peu glorieux que celui de ce Philippe V qui fut le jouet de ses ministres, de son épouse et de ses courtisans et dont la descendance d’ailleurs ne s’est guère illustrée dans un pays déclinant bien loin de la grandeur d’un Charles Quint ou d’un Philippe II.
Néanmoins, au-delà des vicissitudes, le hasard a voulu que ce soit un roi, imposé comme son successeur par un dictateur, un roi appartenant à la plus vieille dynastie d’Europe, celle des Capétiens, à qui l’on doive la transition heureuse qui a fait rentrer l’Espagne dans l’Europe et dans la norme des gouvernements démocratiques.
Pour le reste, les monarchies sont une survivance de plus en plus symbolique et parfois contestée, qui a au moins l’avantage de permettre à la nation de s’incarner dans une personne politiquement neutre, qui règne sans gouverner, et qui peut parfois rendre d’immenses services comme ce fut le cas pour le roi Juan Carlos, lors d’une tentative de coup d’Etat. Ceci explique sans doute la persistance en Europe de cette institution plusieurs fois millénaire.

Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 03/06/2014
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives