Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Arithmétique

27/05/2014
Arithmétique
Les partis actuellement représentés au gouvernement, c’est-à-dire à l’exclusion de tous les autres, le Parti socialiste et le Parti radical de gauche, disposent, au sein de l’Assemblée nationale, d’une majorité absolue.
Ces mêmes formations politiques viennent d’enregistrer, dans les listes qu’elles ont présentées aux élections européennes 14% des suffrages exprimés.
L’arithmétique devrait conduire à une dissolution de l’Assemblée nationale ou une démission du Président de la République ou aux deux successivement.
En Italie et en Allemagne, deux pays où les exécutifs, qu’ils soient de droite ou de gauche, ont une caractéristique commune qui est de gouverner, c’est-à-dire qu’ils font des choix et en tirent des conséquences pratiques, les partis au pouvoir arrivent logiquement en tête de ces élections européennes.
Si le Président de la République décide de ne pas démissionner et de ne pas dissoudre l’Assemblée nationale, il lui reste encore une issue pour sortir de l’impasse où il nous a placés : gouverner comme cela se fait en Italie et en Allemagne.
Gouverner, c’est choisir d’augmenter ou de diminuer les impôts mais pas de faire les deux à la fois.
Gouverner, c’est choisir d’attirer les entreprises étrangères ou, à l’inverse, de subordonner leurs investissements à une autorisation préalable mais pas de faire les deux à la fois.
Gouverner, c’est supprimer les départements ou les maintenir mais pas de faire les deux à la fois.
Gouverner, c’est enfin, pour prendre un exemple qui m’est proche, décider une restructuration de la SNCM pour sauver le service public et l’emploi et ne pas remettre au surlendemain les mesures difficiles mais indispensables qu’il serait déjà un peu trop tard de prendre aujourd’hui et certainement pas de faire encore miroiter des solutions impossibles et miraculeuses !
A force de ne pas gouverner, de ne pas choisir entre le blanc et le noir et de perpétuellement composer des décisions grises, informes et insipides qui ne satisfont personne et ne règlent aucune question pendante, le gouvernement pousse la France dans les bras de Marine Le Pen, tandis que les résultats des élections européennes placent déjà la première des République d’Europe en marge des démocraties.

Commentaires (22) | Rédigé par Paul Giacobbi le 27/05/2014
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives