Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse

Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Ambassadeurs…

13/06/2014
Ambassadeurs…
Le ministre des affaires étrangères et le président de la République procèdent ces jours-ci à un mouvement d’ambassadeurs qui sera probablement l’un des plus remarquables et des moins contestables de ces dernières années.
Je connais personnellement ou professionnellement un certain nombre d’entre eux et je me réjouis de ce renforcement qualitatif de notre appareil diplomatique.
Mais il me revient aussi en mémoire ce qu’étaient les ambassadeurs du temps où la France avait encore une véritable diplomatie et une considérable influence.
A la fin du XIXème siècle, la France républicaine, un des rares pays d’Europe à ne pas être monarchique, avait de surcroît à souffrir d’un isolement diplomatique qui réduisait notre influence en Europe et dans le monde, nous privait de toute alliance, alors même que le jeu diplomatique consistait précisément pour beaucoup de pays européens à nous isoler.
Deux ambassadeurs et un ministre vont réussir, de la fin du XIXème siècle à la Première guerre mondiale, à faire d’ennemis presque héréditaires de la France d’excellents alliés voire à retourner des alliances à notre profit.
Le ministre s’appelait Théophile Delcassé. Il arrive au Quai d’Orsay au moment de la malheureuse affaire de Fachoda - du nom d’un poste militaire dans le Soudan oriental que se disputaient la France et la Grande-Bretagne - affaire qui a tendu les relations entre les deux pays jusqu’aux limites du conflit.
En quelques années, sur la base d’un plan parfaitement réfléchi avec des objectifs et un programme bien défini dès le début, ce diplomate d’exception va réussir à rompre l’isolement de la France et à trouver pour elle deux alliés de choix mais parfaitement inattendus : la Grande-Bretagne et la Russie.
Il s’appuyait dans son action sur des diplomates d’exception et, en particulier, sur Paul Cambon, ambassadeur de France à Londres, de 1898 à 1920, qui fut un grand artisan de la constitution de l’Entente cordiale entre la France et la Grande-Bretagne puis du rapprochement russo-britannique de 1907 qui accordait les deux pays désormais alliés de la France à propos de tous leurs contentieux, notamment en Asie centrale et plus particulièrement en Afghanistan.
Un autre ambassadeur, Camille Barrère, en poste à Rome de 1897 à 1924, va réussir l’exploit de « retourner » l’Italie qui était pourtant l’alliée de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie au point que finalement l’Italie rentrera en guerre mais aux côtés de la France.
Cet ancien communard parlait parfaitement l’anglais, est devenu une véritable légende en Italie et a réussi par son intelligence, son habileté et sa ténacité, un retournement de situation comme il en est peu dans l’histoire diplomatique.
Ces trois personnages, au-delà de leurs qualités intellectuelles et morales, ont plusieurs points communs : leur discrétion et leur longévité dans la fonction.
Cambon et Barrère sont chacun restés un quart de siècle dans leurs ambassades respectives et si Delcassé a eu à souffrir de l’instabilité ministérielle propre à son temps, il est tout de même resté six ans d’affilé au ministère des affaires étrangères.
Quant à la discrétion, elle est tout à fait caractéristique d’un Delcassé qui avait pensé le renversement des alliances dès 1899 et son arrivée au Quai d’Orsay, sans pour autant en faire un étalage public qui aurait évidemment compromis son succès.
Camille Barrère a fait en sorte que rien ne transpire de ses accords secrets avec l’Italie qui renversaient de facto le système d’alliances précédent, tandis que Paul Cambon, ambassadeur à Londres, a parachevé l’œuvre du trio en agissant discrètement pour rapprocher les deux alliés que la France s’était faite pour contrebalancer l’alliance austro-allemande.
Nous n’avons pas à avoir de nostalgie de ce temps qui était très loin d’être une « belle époque » et qui a conduit à l’une des plus tragiques boucheries de l’Histoire, la Première guerre mondiale.
Nous pourrions peut-être cependant nous inspirer de cette histoire finalement glorieuse pour espérer une diplomatie centrée sur nos intérêts nationaux qui se pense et s’exécute dans la discrétion plutôt que de se résumer à de bonnes intentions fortement médiatisées, et en nous souvenant qu’une grande ambassade dans un grand pays ne saurait changer de titulaire tous les trois ans.

Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 13/06/2014
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives