Blog de Paul Giacobbi - Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


Député de la 2ème circonscription de Haute-Corse - Conseiller à l'Assemblée de Corse


   

Le CPE mort-né

20/03/2006
Au point où nous en sommes, la question n’est plus de savoir quand ou comment le CPE s’appliquera mais plutôt comment il va mourir avant d’être né.
En effet, personne ne veut du CPE, ni les Français, ni les employeurs qui n’y voient aucun intérêt particulier et une source de complications juridiques inutiles, ni même le Medef qui n’avait rien demandé.
Fort heureusement, le CPE est clairement contraire à la Constitution française et aussi contraire aux conventions internationales signées par la France dans le cadre de l’Organisation internationale du travail.
Tous les pays développés ayant accepté lesdites conventions, ceci explique d’ailleurs qu’aucun pays développé, ni en Europe, ni aux Etats-Unis, ni ailleurs n’ait une disposition comparable au CPE.
En effet, partout dans le monde, en tout cas dans le monde développé, il faut un motif pour licencier un salarié.
Le groupe socialiste à l’Assemblée nationale a déposé un recours devant le Conseil constitutionnel et ce recours a été rédigé par un député PRG par ailleurs professeur de droit. Nul doute que Jacques Chirac demandera à son ami Pierre Mazeaud, président du Conseil constitutionnel, de simplement dire le droit, ce qui entraînera l’annulation du CPE.
Ainsi donc, cette disposition parfaitement absurde sur le plan du droit et dont l’inefficacité était garantie par avance aura eu pour seule conséquence d’accélérer le processus de pourrissement du gouvernement.
En tout cas, quand en 2007 le peuple licenciera l’UMP, il ne manquera pas de motif.
Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 20/03/2006

Notre Breton frisé - il ne s'agit pas d'une variété ovine d'origine armoricaine - mais de notre sympathique ministre des finances - vient d'indiquer avec mépris que la rumeur selon laquelle le groupe ENEL pourrait poursuivre son OPA sur Suez était "saugrenue".
Ceci est dit avec beaucoup d'assurance, de mépris et de morgue. Mais les faits sont têtus.
Premièrement, le gouvernement italien a déposé plainte auprès de l'Union européenne à props du comportement du gouvernement français dans cette affaire, suite à cette plainte, la Commission européenne a demandé très sèchement des explications au gouvernement français tandis que la plupart des grands pays européens ont clairement et publiquement stigmatisé notre nouveau "patriotisme économique".
Il y a donc de très grands risques à ce que nous soyons sanctionnés par l'Union européenne dans cette affaire.
Par ailleurs, ENEL a obtenu auprès d'un consortium de banques la possibilité de lever des financements sur les marchés à hauteur de 50 milliards d'euros, c'est-à-dire largement de quoi mener une OPA victorieuse sur le groupe Suez.
Il reste qu'il y a quelque chose de saugrenu effectivement dans cette affaire. En quoi le patriotisme économique de la France serait-il favorisé par le fait qu'au motif d'empêcher un groupe comme Suez dominé par les capitaux belges d'être absorbé par un groupe italien, on vendrait audit groupe belge un des plus beau fleuron du secteur énergétique français GDF ?
N'est-il pas saugrenu de vouloir au nomp d'un patriotisme économique français vendre notre patrimoine national dans le secteur énergétique à des belges pour les empêcher de devenir italiens ?
Interrogé sur le sujet, le Breton frisé a hôché la tête et s'est contenté de dire qu'il avait au moins le mérite de parler.
On lui recommandera désormais de se taire.
Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 17/03/2006

Le bon plaisir

17/03/2006
Notre bouillant Premier ministre semble croire que le pouvoir réside dans l'exercice libre de sa volonté uniquement inspirée par son bon plaisir.
 
Il y a quelques années, en tant que ministre des affaires étrangères, il s'est payé le plaisir de briller facilement aux yeux du monde et, depuis, nous ne cessons de payer au prix fort ces petits moments de plaisir. Comme il était dit dans un film admirable : « payez-vous des petits plaisirs… un souvenir inoubliable » (Peter Ustinov dans "Lola Montes" de Max Ophüls).
 
Sauf que dans le cas d'espèce, c'est lui qui a le plaisir et c'est nous qui payons.
 
Dans le cas du CPE, il introduit dans le droit français une notion qui en était absente depuis 1789. En effet, ce brillant contrat peut être résilié par l'employeur sans motif, c'est-à-dire selon son bon plaisir.
 
Il semble que Monsieur Galouzeau dit de Villepin se soit tellement persuadé d'une origine aristocratique que sa famille s'est donnée à elle-même il y a quelques décennies, qu'il tend à adopter presque instinctivement les principes de l'Ancien régime.
 
Notre Bourgeois gentilhomme n'a décidément plus les pieds sur terre et il devrait se souvenir que les siècles de bons plaisirs royaux se sont terminés par la Révolution française.
Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 17/03/2006
Notre ministre d'Etat Nicolas Sarkozy est un maitre dans l'art de dissimuler ses échecs. Chacun connait la faillite de sa politique sécuritaire qui fait qu'aujourd'hui la France s'agite beaucoup sur le sujet mais que le citoyen s'y trouve moins en sécurité qu'il y a trois ans. Chacun se souvient de ses prévisions de croissance pour 2005 : 2,5 % alors que nous ne dépasserons pas 1,4%. Mais ce n'est jamais lui, ce sont les autres et d'ailleurs celà ira mieux dans sa "France d'après". Mais l'affaire des passeports biométriques pour les Etat-Unis est de l'unique responsabilité de notre brillant ministre qui, refusant d'appliquer la loi relative à l'imprimerie nationale et ne voulant pas perdre le temps de la faire modifier a tant et si bien manoeuvré que la France est le seul pays a ne pas avoir été fichu de fournir à ses citoyens un passeport adéquat en temps utile. Aini, les italiens, les espagnols, les britanniques, les belges ont des passeports adaptés aux exigences américaines, mais les français, grâce à notre ministre, sont obligés d'obtenir un visa, ce qui coûte de l'argent, demande un délai considérable et ne peut s'obtenir qu'à Paris ou alors doivent renoncer à leur voyage. Même pas capable de faire imprimer des documents administratifs : celà mérite le bonnet d'âne de la place Beauvau.
Commentaires (6) | Rédigé par Paul Giacobbi le 07/03/2006
Le président de la République est en arabie et essaye de vendre des avions Rafale. Question : pourquoi les saoudiens achéteraient-ils des avions plus chers que les autres, que personne d'autre au monde n'achète, alors qu'ils considérent sur le plan politique la France comme un pays inexistant et qu'ils dépendent à 100% des Etats-Unis pour leur sécurité? Comment imaginer que les saoudiens pourraient refuser l'achat d'avions américains alors que les Etats-Unis assurent une totale sécurité à leur pays et que notre diplomatie a eu pour effet de nous faire haïr par tous les pays proches des Etats-Unis ?
La semaine derniére on nous expliquait que l'Inde allait nous acheter des centrales nucléaires! L'Inde a décidé une semaine plus tard comme prévu de s'allier sur le plan nucléaire avec les Etats-Unis et va acheter leur technologie...d'ailleurs moins couteuse puisque la dévaluation du dollar fait son effet et que nos fameuses centrales fonctionnent sous licence américaine. Ne faudrait-il pas cesser ce cinéma stupide et ruineux, revenir sur terre et essayer enfin de conduire une diplomatie efficace et cohérente adaptée aux réalités d'une moyenne puissance qui ne peut pas jouer dans la cour des grands. On ne s'imagine pas en France à quel point ce genre de voyage, outre qu'ils n'ont aucun résultat nous ridiculisent.
Commentaires (0) | Rédigé par Paul Giacobbi le 06/03/2006
Paul Giacobbi - Photo officielle

Consultez le blog de Paul Giacobbi sur votre mobile !


Les dernières notes
Communiqué 20/02/2017
Pace e Salute ! 10/01/2017
Toutes les archives